Sortir

Andalousie Fragments d’architecture arabo-musulmane
L’Espace d’art Actua abrite jusqu’au 29 octobre une exposition intitulée : « Andalousie. Fragments d’architecture arabo-musulmane ».
L’exposition présente sous forme de dessins lithographiés les principaux détails d’architecture et de décoration de deux monuments parmi les plus célèbres de l’Andalousie musulmane : la mosquée de Cordous (dynastie Omeyyade) et le palais de l’Alhambra à Grenade (règne des Nasrides).
Une trentaine d’oeuvres, éditées en Espagne durant la 2e moitié du XXème siècle, seront ainsi présentées au cours de cette exposition. Ces lithographies reproduisent des détails d’ornementation architecturale en stuc, bois, zellige dans les édifices religieux, civils et militaires de l’Andalousie des califes arabes en Espagne.
L’exposition s’accompagne d’une chronologie jalonnée par les repères chronologiques des dynasties arabo-musulmanes ayant gouverné en Andalousie (du VIIIème au XVème siècle depuis les Omeyyades jusqu’aux Nasrides), de définitions des différents styles artistiques figurant dans les monuments précités, de visites commentées sur l’histoire de l’art d’Al Andalus.


Andalousie. Fragments d’architecture arabo-musulmane

Jusqu’au 29 octobre Espace d’art Actua d’Attijariwafa –
Entrée libre


Atelier sur la didactique de la littérature et techniques de l’écrit
L’Espace Bleu de l’Institut français de Rabat organise un atelier sur la didactique ce vendredi 28 octobre 2005. Intitulé : «Didactique de la littérature et techniques de l’écrit », cet atelier entre dans le cadre des rendez-vous pédagogiques organisés
Ces rendez-vous sont ouverts à tous les enseignants de français en exercice. Les enseignants souhaitant participer aux Rendez-Vous Pédagogiques du premier trimestre de l’année scolaire 2005-2006 ont dû s’inscrire avant le mercredi 28 septembre 2005 auprès de l’Espace Bleu et s’engager à assister aux six rendez-vous prévus. Les Rendez-Vous Pédagogiques ont lieu de 15h00 à 17h00 à l’Espace Bleu de l’Institut français de Rabat.
De nouvelles thématiques seront proposées pour le deuxième semestre de l’année scolaire selon le même principe de six rencontres toutes les trois semaines.


Atelier sur la didactique Vendredi 28 octobre 2005

Espace Bleu – Rabat

Présentation de la pièce B’nat Lalla Mnana
Une représentation de la pièce « B’nat Lalla Menana » sera donnée ce  28 octobre au Théâtre Mohammed V – Rabat. C’est la première pièce de Tacon,  une toute nouvelle troupe de théâtre 100% féminine, de la costumière à l’auteur du texte.
Il s’agit d’une adaptation de la «Casa de Bernarda Alba » de Federico Garcia Lorca. L’auteur espagnol racontait l’histoire d’une mère tyrannique qui imposait la réclusion à ces 4 filles pour les protéger du grand méchant loup : le désir, le leur comme celui des hommes.
La pièce de Lorca date de 1936 et dépeignait l’Espagne conservatrice de l’époque. Elle est toujours d’actualité dans le Maroc de 2005, tel qu’il est encore vécu dans certaines contrées du nord du Maroc.
Adaptée et mise en scène par Samia Akariou, cette pièce met en jeu six comédiennes : Nora Skali, Saâdia Ladib, Saâdia Azkoun, Hind Saâdidi, Nadia Alamai et Samia Akariou. Le dialogue de cette pièce porte la signature de Nora Skalli, la scénographie et les costumes celle de Rafika Benmoumen, alors que la musique est de Younès Megri.

B’nat Lalla Menana Le 28 octobre au
Théâtre Mohammed V – Rabat


Exposition de Abdelhaï Diouri
L’artiste peintre Abdelhaï Diouri expose ses œuvres jusqu’au 30 novembre au musée municipal d’Agadir.
Depuis une dizaine d’années, l’expérience de la peinture qu’a abordée Abdelhaï Diouri nous parle à partir de la mémoire. Les toiles de Diouri, peintures ou papier marouflés, se débattent avec des morcellements d’espaces comme s’ils pouvaient recréer son propre personnage.  Le regard du spectateur s’insinue dans cet entre-deux : un espace de lumières, de couleurs, de formes par lesquelles le peintre ressaisit sa biographie, arrache une vérité au vide, force le sol muet du temps, entre la destruction de sa représentation et sa reconstitution, à faire advenir la peinture. Abdelhaï Diouri bascule les espaces comme si le souvenir devait y rentrer par effraction : il lui faut se déprendre du réel pour ouvrir un espace poétique. Mais plus encore que ces transgressions et l’audace des compositions qui excèdent l’espace, c’est la couleur qui dresse ces architectures. Effusive, encore vibrante d’une vie minérale à laquelle le peintre l’a arrachée dans le grand Sud, elle est une force expressive et affective qui irradie l’espace, arrête le regard pour lui dire le dénuement du temps.


Exposition des œuvres de Abdelhaï Diouri

Jusqu’au 30 novembre
Musée municipal d’Agadir
loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *