Sortir

Art et culture
L’Institut français de Rabat organisera le 24 janvier à 19h00 une rencontre avec Jean-Gabriel Carasso autour du livre « Nos enfants ont-ils droit à l’art et à la culture ? Manifeste pour une politique de l’éducation artistique et culturelle » (Editions de l’Attribut). Jean-Gabriel Carasso a été comédien, metteur en scène, auteur et réalisateur de télévision, directeur de l’association nationale théâtre et éducation (ANRAT). Il dirige l’Oiseau rare, association d’études et de recherches culturelles. La collection « La culture en questions » où paraît son livre cherche à porter les enjeux culturels sur la place publique, bien au-delà du cercle des initiés. Face à l’influence toujours plus vive de l’audiovisuel marchand sur leur imaginaire, quel projet proposer à nos enfants pour les aider à construire leur esprit critique et à se faire une place dans la cité ? Jean-Gabriel Carasso explique ici le sens et les enjeux de l’éducation artistique et culturelle et incite les responsables politiques, du chef d’Etat aux élus locaux, à faire de ce thème une cause nationale.
Un manifeste à mettre entre toutes les mains : parents, enseignants, artistes, acteurs culturels, élus…

Nos enfants ont-ils droit à l’art et à la culture ?
Le 24 janvier 2006 – Rabat

Les armes de Makina
L’ambassade d’Italie et la wilaya de Fès organisent l’exposition « La Makina, fabrique d’armes de Fès » et ce jusqu’au 31 janvier à Bab El Makina- Fès. L’exposition retrace tout le parcours ayant abouti à la réalisation de cette industrie d’armes, fondée en 1893, dans la cour du Palais royal près de la rivière de Fès, selon les plans du lieutenant-colonel italien Bregoli et sous ses commandements. Une présence italienne très forte au Maroc fut mise en exergue par cette exposition historique initiée par le professeur Bahija Simou, spécialiste en histoire maroco-italienne, en collaboration avec un comité d’organisation composé de Mustapha Seghieri, Mohamed Bendriss, Hassan Maaouni de l’AAMI, Riccardo Smimmo de l’ambassade d’Italie et Mme Wanda Grillo, directrice de l’Institut culturel Italien de Rabat. Cette manifestation s’inscrit dans le cadre des Hautes directives de S.M. le Roi Mohammed VI, visant à dynamiser la société civile et à sauvegarder le patrimoine national.

La Makina, fabrique d’armes
Jusqu’au 31 janvier 2006  – Fès


La vie et l’art 
L’artiste peintre Fatima El Hajjaji expose jusqu’au 6 janvier ses dernières œuvres à la galerie « La Découverte » de Rabat sous le thème « L’art pour la vie, l’espoir et la paix». Artiste peintre autodidacte, cette femme de talent, artiste dans l’âme a su combiner l’art de communiquer avec celui de créer. Native de Rabat et mère de trois filles, elle a commencé à exposer ses tableaux en 1999. Fatima El Hajjaji a exposé à maintes reprises à Rabat. Elle a commencé à faire de la peinture sur soie avant de passer à la peinture à l’huile. Fatima El Hajjaji possède une démarche plastique propre à elle, se caractérisant dans la simplicité de la touche et la perfection de la forme, ne cherchant pas à reproduire la réalité, mais plutôt l’impression qui s’en dégage, à travers des couleurs presque pures. Ce qui lui a valu d’être sollicitée dans plusieurs prestations plastiques. Un parcours artistique qui commence à s’agrandir et avoir de la valeur.

L’art et la vie Jusqu’au 6 janvier 2006
– Rabat

Concert de jazz
Le pianiste et compositeur Pierre Coulon Cerisier donnera deux concerts de jazz moderne le 20 janvier à 20h00 au Centre culturel de l’Agdal et le 21 janvier à l’Espace Balzac de Kénitra. Il sera accompagné de Jean-Marc Padovani au saxophone, Michel Altier en contrebasse et Eric Bretheau à la batterie. Pierre Coulon Cerisier est un artiste rare. Pianiste accompli, compositeur talentueux, créateur du collectif Zimpro, il propose à qui veut l’entendre une musique raffinée, tout à la fois poétique et lyrique. Vêtu de la nostalgie la plus sensuelle pour les grands jazzmen expressionnistes tels que John Coltrane ou Gato Barbieri, le saxophoniste ténor Jean-Marc Padovani ne s’est jamais détourné du plaisir de jouer du jazz. Natif d’Avignon, il manifeste depuis longtemps un intérêt croissant pour les musiques populaires.
Padovani a résumé sa passion pour l’Andalousie, les musiques du pourtour du bassin méditerranéen, celles traditionnelles d’Asie et d’Irlande dans une dizaine d’albums.

Concert de jazz  – Le 20 janvier 2006
Centre culturel de l’Agdal à Rabat

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *