Sortir

La biennale d’art contemporain

La première édition d’un Salon d’hiver baptisé «la biennale d’art contemporain» se tiendra du 18 au 21 décembre à Marrakech, avec la participation d’un parterre de personnalités des mondes de l’art et de la culture. Cette manifestation ambitionne de mettre en valeur la création artistique au Maroc dans divers domaines culturels et artistiques, notamment la peinture, la sculpture, la photographie, les arts visuels et la création numérique.
L’objectif des organisateurs est de fédérer le maximum possible d’acteurs de la scène artistiques pour une meilleure promotion de l’art marocain et faire connaître le travail des artistes marocains auprès du public marocain et étranger. Selon le directeur de la Biennale, M. Abderazzak Benchaâbane «en accueillant le Salon d’hiver

Jusqu’au 21 décembre à Marrakech


Exposition des œuvres d’Abdelaziz Lkhattaf

L’artiste peintre expose ses oeuvres à Tanger.
Cet artiste vit dans la peinture. Il avance dans l’interrogation de son histoire, de l’histoire de l’histoire de l’art aussi. Klee, Matisse, bien sûr mais aussi d’autres grands artistes lui parlent, à travers les livres, les musées. Son univers est ici, dans son corps relié à l’espace de sa ville de Marrakech, de la plaine du Haouz, une contemplation et une participation active à la vie de ce monde du sud, dans la flamboyance des désirs et des douleurs. L’œil du peintre repère l’essentiel, se débarrasse du superflu, guide le pinceau vers le fil du rasoir, la ligne de crête. Blancheur, toujours la blancheur de l’aveuglement du midi, de la cécité des aveugles de Sidi Bel Abbès,du mutisme et de l’éblouissement du cœur, blanc sur lequel vont s’inscrire désormais les signes, les notes de la partition élaborée depuis qu’il a pris conscience de sa présence au monde.
 
Jusqu’au 31 décembre à la galerie Delacroix de Tanger



Conférence médias et démocratisation

Le journaliste égyptien Et Nabil Saad donnera une conférence de presse à Rabat. Il débattra au cours de cette conférence un thème sur les médias et démocratisation. Très contrôlés, même dans les pays dits «démocratiques», les médias semblent devenir de plus en plus muselés, ils sont «observateurs» ou «acteurs» en fonction des événements et de la manière dont ils sont contrôlés. Où se situe la limite entre liberté d’expression et manipulation du pouvoir ? Les médias dits traditionnels (presse, tv…) sont-ils des facteurs de démocratie?.

Vendredi 19 décembre à 19h à la Salle Gérard Philipe à  Rabat

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *