Sortir

Kacimi revit à travers la Reine de Saba

Les énigmes de la Reine de Saba est un spectacle de Mohamed Kacimi. Ce spectacle est destiné au jeune public. Le texte de Mohamed Kacimi s’adapte bien aux marionnettes et permet de garder l’aspect «conte initiatique». «Il n’est pas impossible que la reine de Saba ait voulu nous montrer que sa propre sagesse n’est qu’une prise de conscience du fait que quelque chose nous dépasse. Elle a compris que, derrière les apparences, la réalité cache son vrai visage…La sagesse de la reine de Saba, comme celle de Salomon, est comme une exploration de l’au-delà. La fable, dans son décor oriental, est devenue tableau. Mais ce tableau nous observe autant que nous le regardons».

Vendredi 10 avril à14h30 à la salle Bahnini à Rabat


Repères pour une histoire de la peinture du Maroc

Repères pour une Histoire de la peinture du Maroc est le thème d’une conférence. Cette rencontre consiste à retracer l’histoire de la peinture de chevalet au Maroc dans une exposition, constituée de trente panneaux comportant des textes et des images. Il s’agit d’une exposition sous-tendue par des fins didactiques. L’aspect pédagogique de la manifestation est certes un sujet de fierté, mais le projet demeure dans son essence une exposition, avec tout ce qu’elle comporte comme points de vue et convictions personnelles. L’élaboration des Repères obéit à une vision, certes rigoureusement documentée, mais qui ne peut échapper, comme dans tout commissariat d’une exposition, à une part subjective et à des positions personnelles. Élaborée de façon chronologique, l’exposition décrit le contexte dans lequel les artistes ont évolué et date les événements de façon scrupuleuse.

Vendredi 10 avril à 18h à la Médiathèque de l’AFM à El Jadida


Au nom de la vie

Pour la vie est une exposition de 23 photographies qui illustre les recherches menées dans le monde entier. Des scientifiques de toutes disciplines se mobilisent pour comprendre les causes et les effets de la raréfaction de l’eau douce en vue d’une meilleure protection et d’un partage plus équitable de cette précieuse ressource.

Jusqu’au mardi 14 avril au
complexe Jamal Addora à Agadir


Tahiri retrouve les semeuses

Basée à Casablanca, Yasmine Tahiri est photographe spécialisée en photos de presse, portrait, mode, pub, reportage, événement professionnel, photo de plateaux. Un appareil dans une main, un pinceau de l’autre, Yasmine Tahiri capture des instantanés de vie ou s’évade dans des toiles. À 29 ans, cette photographe et peintre a fait ses premières armes dans la presse magazine au Maroc après avoir étudié les arts plastiques à Casablanca et à l’École des Beaux-Arts de Grenoble. Yasmine Tahiri s’exprime par l’art abstrait. «Pour transcrire le réel, je dispose de mon appareil photo. La peinture, elle, me permet d’exprimer autre chose, d’aller ailleurs». Sur toile, le monde de Yasmine Tahiri est résolument cubique: les formes géométriques aux teintes de cuivre, d’or, de terre et d’ocre évoquent spontanément le Maroc.

Du 9 avril au 4 mai au Centre Art Majeur à Casablanca


Concert de Mademoiselle K

Le groupe français de rock, Mademoiselle K, donnera un concert à Rabat avec la chanteuse et guitariste Katerine Gierak, le guitariste Pierre-Antoine Combard, Pierre-Louis Basset basse, chœurs et David Boutherre batterie, chœurs. Colères et ruptures, ratages et impostures fracassées au son d’une voix rauque, et rock, qui parfois épouse des langueurs sensuelles : les mondes de Mademoiselle K tiennent autant de la gifle bien donnée, que de la caresse du bout des lèvres. 25 ans au compteur, 12 titres sur la galette, pas mal de scènes dans les jambes et look de rockeuse qui n’est pas sans rappeler Chrissie Hynde (Pretenders) – mèche noire, regard cash, perfecto, jean et santiags. Bref, voilà une parisienne de naissance au caractère de meneuse qui gomme ses doutes à coup de larsen et de textes bien sentis.

Mardi 14 avril 20h au Centre culturel de l’Agdal à Rabat


Ostina-Tono fait son show à Casablanca

Un show du groupe Ostina-Tono aux sons de tonneaux métalliques est prévu à Casablanca. Principalement inspirées du patrimoine marocain riche en sons et vibrations, les mélodies «ostinatiennes» varient du chaâbi chaleureux et envoûtant à la rébellion de la musique africaine passant par le berbère et le gnawi. Ostina-Tono cherche à faire de ses shows un carrefour des mélomanes passionnés de rythmique, indique un communiqué de la villa des Arts de Casablanca. «Lorsque l’amour du jeu se concrétise en un groupe, cela donne Ostina-Tono ! Jeunes, dynamiques et passionnés, ils sont 10 à avoir tenté l’inconcevable : Omar, Hanane, Kamal, Amina, Mehdi, Houda, Amine, Hadi, Sofia et Khalid ont tout fait pour marquer leur empreinte et imposer leur style».

Samedi 18 avril à 19h00 à la Villa des arts de Casablanca

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *