Sortir : Semaine du polar pour les fans du cinéma d’horreur

L’évènement regroupe de la littérature noire  ainsi que des films policiers d’horreur, tout cela dans un décor effrayant, un décor qui représente des objets insolites et des héros hors du commun de l’histoire du polar. Des cadavres, des cris ainsi qu’une musique  terrifiante complètent ce décor pour les fans du cinéma d’horreur. Cet événement met en scène une nouvelle génération de héros souvent déglingués. Afin de les découvrir, l’Institut français vous invite à plonger dans l’univers inquiétant du polar à travers un parcours varié, semé de filatures et de pistes à suivre. Des projections de films, des rencontres, ainsi qu’une exposition seront au menu. Des films comme «Le papillon noir » de Hassan Ghanja, ou encore «Le mystère de la chambre noire » seront au rendez-vous entre autres pour hausser le taux de votre adrénaline en les regardant. Ames sensibles s’abstenir !    

                   

IF Casablanca,du 22 au 26 janvier


«La flèche bleue»

L’alliance franco-marocaine présente  à El Jadida, le 26 janvier un film d’animation intitulé «La flèche bleue’. Ce film italien destiné aux enfants est un merveilleux conte, délicieusement mis en valeur par une animation de haut calibre. L’histoire se déroule en Italie, où tous les enfants reçoivent des cadeaux de Noël, mais la légende raconte que les enfants pauvres reçoivent, eux, leur cadeau six jours plus tard, au moment de la fête des Rois. Cette nuit là, la vieille  fée Befana enfourche son balai pour faire sa distribution dans toutes les cheminées. Chaque année, les petits lui présentent leur liste afin qu’elle exauce leur souhait. Mais cet hiver-là, le méchant Scarafoni a endormi la bonne fée pour faire payer aux parents riches les cadeaux de leurs enfants, récupérer l’argent pour son propre compte, et cantonner les pauvres dans leur maison. Commence alors une véritable épopée animée; Les jouets de la boutique, désespérés par l’attitude mercantile de Scarafoni, vont partir sauver les enfants pauvres de la tristesse.

El Jadida Parc Hassan II, le 26 janvier


Paris : Histoires minimales

L’Institut français de Fès présente une exposition de photographies intitulée "Paris histoires minimales" du jeune artiste casablancais Khalid Souqbi. Ce jeune photographe marocain, nous livre un regard singulier sur la capitale française, dite la ville de lumière Le thème de cette exposition n’est pas un portrait des Parisiens ni du paysage urbain.Il s’agit de raconter des histoires par le biais de des scènes quotidiennes. Le photographe cherche à casser les clichés vus et revus du beau, du gai Paris en montrant les expressions d’émotions comme la tristesse des gens qui prennent le métro, la colère des manifestants au moment des mouvements sociaux. Pour le photographe, Paris est une ville aux multiples facettes, c’est aussi un mythe du bonheur, un mythe qui fait que la joie de vivre cohabite étrangement avec la douleur et la désillusion.

IF Fès jusqu’au 6 février


Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *