Sous le signe de la réforme

Le 15 novembre, les professionnels des médias célèbrent la journée nationale de l’information. La célébration de cette journée coïncide, cette année, avec le 40ème anniversaire de la création du Syndicat National de la Presse Marocaine (SNPM). Une cérémonie a été organisée dans ce sens par le syndicat. A cette occasion, un hommage a été rendu à des doyens de la presse écrite, de la radio et de la télévision marocaine ainsi qu’à ceux de l’Agence Maghreb Arabe Presse (MAP).
La célébration de la journée nationale de l’information intervient cette année dans un contexte marqué par la fin du monopole de l’Etat sur le secteur de l’audiovisuel. Si le SNPM se dit satisfait de cette refonte, il estime toutefois que la libéralisation du paysage audiovisuel dépend en grande partie du développement des médias publics. L’objectif étant d’en faire un modèle de qualité respectant la pluralité et le droit à la différence.
Selon ce syndicat, le statut des médias publics doit évoluer rapidement. Il faut reconnaître que le secteur public demeure la garantie de la qualité et de la diversité. A cet égard, la mission attribuée à la Haute Autorité de la Communication Audiovisuelle est cruciale, dans la mesure où elle assurera le contrôle de la libéralisation, le contrôle et la nomination des responsables et des directeurs de la radio et de la télévision marocaines et peut-être ceux d’autres chaînes publiques. « C’est pourquoi, les professionnels du secteur doivent être associés et que la transparence doit primer sur toutes les décisions », précise le SNPM. Notons que lors d’un séminaire organisé début novembre, le SNPM a débattu les grandes questions du paysage médiatique national.
Lors de cette rencontre, les participants se sont penchés sur les aspects juridiques, professionnels, économiques et technologiques des médias nationaux. Si certains intervenants ont déploré la confusion du cadre juridique régissant l’exercice de la profession journalistique, d’autres ont relevé que les ventes des journaux ont enregistré une évolution soutenue au cours des années 90. Ils ont appelé dans ce sens à la diversification du produit médiatique en vue d’explorer des voies autres que la presse d’opinion et le journalisme politique.
Ce séminaire a été également l’occasion pour plusieurs participants pour faire part de leurs appréhensions concernant l’indépendance des instances qui vont gérer les deux chaînes et la compatibilité du projet en gestation avec les attentes des professionnels. Cela consiste notamment en la pluralité et l’ouverture de la TVM et 2M sur toutes les composantes de la société. La promotion des ressources humaines est au coeur des doléances du syndicat. Selon le SNPM, c’est l’un des préalables incontournables dans tout projet de réforme de l’audiovisuel.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *