Spectacle : «Le cahier d’histoire», une pièce de théâtre pas comme les autres

Spectacle : «Le cahier d’histoire», une pièce de théâtre pas comme les autres

Le théâtre innove. «Le cahier d’histoire» est avant tout un projet original qui consiste à amener le théâtre dans les lycées et ce dans plusieurs villes marocaines, du 12 au 30 octobre. Malek Akhmiss, comédien, participera à cette programmation mise en scène par Philippe Delaigue en partenariat avec la compagnie française. Un projet qui regroupera quatre pièces écrites par des auteurs marocains et algériens autour des thèmes de la mort, de l’amour, du désir d’ailleurs et de la politique. Des sujets profonds abordés à travers les pièces «Le volcan hormonal» de Hajar Bali, «Le quart d’heure des philosophes» de Fouad Laaoui, «Bac + noce» de Mustapha Benfodil ou encore «Toute une histoire» de Youssef Fadel. Cette programmation aura la particularité de se dérouler non pas dans une salle de théâtre mais dans des enceintes de lycées. «Deux pièces se dérouleront dans des salles de classe pendant que les deux autres s’interprèteront dans la cour », explique le comédien Malek Akhmiss. Un concept innovant qui sera suivi par un débat avec les élèves sur ces thèmes qui restent actuels «pour tous les gens, maghrébins ou occidentaux, surtout pour les adolescents». Pour le comédien, c’est une formidable initiative : «Cela m’apporte beaucoup de choses, de la réflexion et une ouverture d’esprit sur ce qu’il se passe… C’est un débat qui me titille dans le sens où j’ai appris avec ces échanges une idée générale de ce qui se passe dans la tête des Marocains. Je reste parfois scotché face à leurs questions», confie-t-il. Du théâtre pour toucher les sujets dits «sensibles», le tout servi par une troupe de comédiens cosmopolites. «Français, Algériens, Marocains…la collaboration se passe à merveille, il faut être généreux et ne pas avoir peur d’aller vers l’autre pour apprendre», assène le comédien. Ce dernier interprétera le rôle d’un élève qui souhaite régler ses comptes avec son professeur de philosophie dans «Le quart d’heure des philosophes» ainsi que celui d’un professeur handicapé dans «Le volcan hormonal». Une tournée est prévue à partir du 13 octobre dans les villes d’Agadir, Tétouan et Tanger. Mais l’équipe ne s’arrête pas là : en 2012 elle se tournera vers la France pour la période de mars à avril et peut-être en Algérie. Pour l’instant, Ahmed Akhmiss fait ce qu’il aime le plus au monde : «C’est tout ce que j’aime, je ne veux pas faire autre chose que ce que je fait actuellement, c’est ma passion, mon amour», délivre-t-il. L’actualité du comédien sera chargée cette année avec trois films dont  notamment «The End» de Hicham Lasri en salle d’ici décembre et «La source des femmes» le 2 novembre qui a rencontré un fort succès au festival de Cannes. Dans un sourire, Malek Akhmiss confesse : «On peut dire que c’est une bonne année pour moi hamdoullah’».n

  Charlotte Cortes
   Journaliste stagiaire

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *