Spectacle théâtral : «Je dis non», le nouveau cri de révolte de Fatym Ayachi

Spectacle théâtral : «Je dis non», le nouveau cri  de révolte de Fatym Ayachi

Elle s’est déjà distinguée dans plusieurs longs métrages dont le dernier film «Femme écrite» de Lahcen Zinoun. C’est la jeune comédienne Fatym Ayachi qui ne cesse de dévoiler sa palette de talents. Elle fait ses premiers pas dans le domaine de la mise en scène, en présentant son premier spectacle théâtral «Je dis non», prévu les 31 janvier et 1er février au théâtre de la FOL à Casablanca. «Écrire, c’est forcément se révolter contre l’état d’une langue. Parler c’est modifier une langue, la faire sienne. De ces réflexions qui nourrissent tant l’histoire de la littérature que celle du théâtre, m’est venue l’envie de faire une mise en scène autour de l’idée de révolte, ou plus précisément du refus», explique Fatym Ayachi. «Je dis non», cette nouvelle création théâtrale s’articule autour de textes littéraires non théâtraux. De Charles Baudelaire à Omar El Khayyam, de Jacques Prévert à Mikail Bakounine, de Yannis Ritsos à Boris Vian, Ayachi décline essentiellement ce spectacle autour de la mélodie, des textes bien choisis, des rimes mais aussi de la gestuelle des comédiens. Créé en trois mois, le spectacle sera interprété par Clémence Labatut et Yacine Aït Benhassi. Dans un décor représentant une loge miteuse, chargée de costumes et d’accessoires, la prise de parole personnifie les manifestations de ruptures, de lassitudes et de révoltes, comme un monologue à deux voix. «L’envie de parler de la révolte peut être comparée à une envie de tout remettre en question, de tout brûler», dit-elle. Il est à signaler que Ayachi s’est faite remarquer dans plusieurs rôles, notamment «L’Amante du Rif» de Narjiss Nejjar et «Mrahba», téléfilm réalisé par Zakia Tahiri et autres. Comédienne engagée dans la défense des libertés individuelles, Fatym Ayachi avait suscité, en mai dernier, le débat autour de l’art supposé «propre». Elle avait posé pour une photo allongée, un livre à la main, dans la décharge de Médiouna à Casablanca. En novembre dernier, elle a aussi fait le buzz en posant avec des sous-vêtements masculins en couverture d’un magazine pour hommes.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *