Subvention à la presse : la facture de la démocratie

Subvention à la presse : la facture de la démocratie

La Commission paritaire de la presse écrite (CPPE) vient d’accorder une subvention à 50 publications marocaines. Suite à une réunion qui s’est déroulée vendredi 8 décembre à Rabat, la commission a décidé d’accorder une aide publique au titre des trois premiers trimestres de l’exercice 2006 à 50 titres dont cinq au nom du pluralisme politique. «Après discussion et échange d’avis, la commission a décidé d’un commun accord d’octroyer une aide publique à 50 publications, dont 45 ont reçu le numéro de la commission paritaire», précise un communiqué du ministère de la Communication. La liste des titres qui ont reçu cette aide comprend 18 quotidiens, 24 hebdomadaires dont six régionaux et huit mensuels. Dans la presse quotidienne, le groupe Eco-médias de Abdelmounaim Dilami vient en tête. Ses deux titres, «L’Economiste» et «Assabah», ont obtenu une somme de 3.823.923,72 DH.
Le groupe «Maroc Soir» arrive, quant à lui, en deuxième position.
Les deux titres «Le Matin» et «Assahra» totalisent une somme de 2.416.581,13 DH. «Al Ahdath Al Maghribia» a obtenu, à lui seul, une subvention de 2.107.588,92 DH. Le groupe «Caractères», avec ses cinq titres (La Vie éco, La Nouvelle Tribune, Femmes du Maroc, Nissae Min Al Maghrib et Parade) a reçu la somme de 1.788.191,73. Enfin le groupe «New Publicity» de Kamal Lahlou, qui édite trois titres : La Gazette du Maroc, Challenge Hebdo et Version Homme, totalise 1.321.501,85 DH de subvention. Les hebdomadaires ne sont pas en reste. Maroc Hebdo de Mohamed Selhami arrive le premier avec une aide de 841.119,26 DH, suivi de Al Ayyam de Noureddine Miftah avec 745.306,99 DH et Tel Quel de Ahmed Reda Benchemsi avec 734.220,61 DH.
Par ailleurs, les cinq publications qui ont reçu l’aide de l’Etat au titre du pluralisme ne sont autres qu’«Annidal Dimocrati, «Al Manbar Al Ichtiraki», «Al Hakika Al Ousbouia», «Al Yassar Al Mouahad» et enfin «Al Isslah wa Tanmia».
Lors de la réunion de vendredi dernier, la commission a souligné l’augmentation des titres de presse qui se sont vu accorder un numéro de la commission paritaire par rapport à l’année 2005. Il est à préciser que cette aide publique à la presse écrite a été instaurée en 2005 après la signature du contrat-programme lors des Assises de la presse au mois de mars de la même année. Auparavant, seule la presse partisane en bénéficiait dans des conditions qui n’étaient pas  toujours transparentes. Actuellement, des aides publiques ont été aussi débloquées pour aider les journaux à faire face aux dépenses d’équipement, à l’achat du papier, au frais des télécommunications et de la connexion Internet. Quelque 80% de la subvention publique sont réservés aux titres nationaux, le reste est destiné aux titres régionaux. Les publications dont le tirage est inférieur à 20.000 exemplaires bénéficient de 40% du prix réel du papier presse. Celles dont le tirage est supérieur à 20.000 exemplaires bénéficient de 30% du prix, dans la limite d’un plafond de 50.000 exemplaires. Parmi les autres engagements prévus dans le contrat-0programme figure également l’aide relative à la publication des annonces administratives. Le ministère de la Communication s’est engagé en effet à aider les entreprises de presse à recouvrir leurs arriérés auprès des organismes publics en matière de publicité.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *