Subvention du Festival international du cinéma méditerranéen de Tétouan

Subvention du Festival international  du cinéma méditerranéen de Tétouan

La fondation du Festival international du cinéma méditerranéen de Tétouan (FICMT), qui se tiendra cette année du 23 au 30 mars, est en colère contre le président de la commune urbaine de la ville. Et pour cause ? Ladite fondation, présidée par Ahmed El Hassani, reproche au président son insouciance totale à l’égard de ses revendications relatives à subvention allouée à cette manifestation qui s’élève, selon un communiqué de la fondation, à un million de dirhams convenus entre la commune et le FICMT en vertu d’une convention étalée sur trois ans, de 2009 à 2011. Depuis le 10 mai 2011, M. El Hassani ne cesse d’adresser, selon la même source, des lettres et correspondances au président de la commune à cet effet. La dernière lettre en date remonte au 14 janvier 2013 dans laquelle le secrétariat permanent de la fondation montre au président défaillant l’importance de cette manifestation artistique et cinématographique reconnue par les artistes et les professionnels marocains et méditerranéens et de sa dimension symbolique au sein du champ culturel de la ville et du Maroc. La lettre met le président devant son devoir en tant que responsable du rayonnement de la ville aux niveaux local, national et méditerranéen, d’honorer ses engagements, de protéger et de défendre la culture et d’encourager toutes les initiatives qui visent à mettre la ville sur le devant de la scène culturelle arabe et internationale, principalement dans le domaine cinématographique.
Le comble c’est que l’équipe du festival, certaine de recevoir la subvention de la commune à élaboré sa programmation en tenant compte d’un montant promis, à savoir 1 million de dirhams.
Pire encore, la fondation se plaint non seulement du manque de subventions, mais aussi de la disparition «mystérieuse» du trophée du Festival, réalisé par l’artiste-peintre Abedelkrim El Ouazzani et exposé par la wilaya de Tétouan, à l’entrée de la ville. Face à cette situation, la fondation exige que la commune urbaine de Tétouan fasse connaître publiquement le sort du trophée du Festival et qu’elle tienne le président pour responsable de cette disparition. La fondation condamne aussi le refus du président de la commune de respecter l’engagement de la commune d’octroyer une aide financière d’un million DH comme stipulé dans le texte de la convention. A bon entendeur salut !

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *