Tan-Tan : l’âme du désert

Tan-Tan : l’âme du désert

Ayant fêté en 2004 la reprise de son moussem après trente années d’absence, Tan-Tan brigue aujourd’hui un statut : considérée comme le plus grand rassemblement de nomades en Afrique du Nord, la ville veut être inscrite sur la liste du patrimoine immatériel de l’humanité. Une légitimité que Tan-Tan puise de son passé de terreau des cultures nomades, et que veut bien étayer le directeur général de l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (Unesco).
En effet, M. Koïchiro Matsurra a déclaré l’an dernier, à l’occasion de la reprise du moussem de Tan-Tan, que «cette manifestation est  le témoignage vivant des cultures orales et artistiques marocaines…» qui représentent «… une leçon de savoir et de créativité». Déclaration qui, bien sûr, ne doit rien au hasard. Tan-Tan répond bel et bien aux critères tels qu’ils ont été définis dans la Convention internationale pour la sauvegarde du patrimoine immatériel : «On entend par patrimoine culturel immatériel les pratiques, représentations et expressions, les connaissances et savoir-faire que les communautés et les groupes et, dans certains cas, les individus, reconnaissent comme partie intégrante de leur patrimoine culturel». Ce sont justement ces «représentations et expressions» que le 17ème moussem de Tan-Tan, prévu du 14 au 18 septembre courant, voudrait mettre en relief, en déclinant des spectacles vivants (musique et danses traditionnelles du désert), courses de chameaux, parades de cavaliers nomades, fêtes nocturnes, fantasias, expositions d’art et de scènes de vie du désert. Pour ce faire, apprend-on auprès des organisateurs, 600 tentes avaient été érigées.  En déclarant Tan-Tan «patrimoine immatériel de l’humanité», l’Unesco, qui parraine le moussem de cette ville, oeuvrera à réhabiliter l’ensemble des traditions nomades. Située au sud, aux portes du Sahara marocain, Tan-Tan a, depuis toujours, été le point de rencontre de plusieurs tribus et nomades du désert. Pour sa 17ème édition, le moussem de Tan-Tan veut préserver sa vocation de plate-forme de la culture nomade en invitant des tribus de différents horizons d’Afrique, dont le Niger et la Mauritanie. Chaque tribu sera appelée à mettre en exergue ses traditions nomades. Il s’agit de décliner ces traditions sur différents tons, social, musical, rituel, comportemental, économique… Prendront également part à cette édition, plusieurs personnalités du monde des arts et de la politique. Contactés par ALM, les organisateurs ont souligné, sans vouloir préciser de noms, que plusieurs ambassadeurs de pays étrangers accrédités au Maroc, sans oublier des ambassadeurs de bonne volonté, avaient confirmé leur présence. Idem pour des célébrités des milieux d’art et du spectacle. A rappeler que l’édition précédente a été marquée par la présence, entre autres, des actrices franco-algérienne Isabelle Adjani et italienne Claudia Cardinale, sans compter la star mondiale du football, le Brésilien Pelé.
Le déplacement pour cette 17ème édition s’impose aussi, la culture du désert ne laisse pas indifférent. Il s’agit de découvrir, ou de redécouvrir, une part vivante de notre patrimoine oral.
La curiosité sera au rendez-vous…

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *