Tanger : Adil El Fadili remporte le grand Prix

Tanger : Adil El Fadili remporte le grand Prix

Une ambiance festive a marqué, samedi dernier, la soirée de clôture du huitième Festival du court-métrage méditerranéen de Tanger. Les membres du jury, présidé par l’écrivain et poète marocain Abdellatif Laâbi, devaient faire part de leur choix entre cinquante-trois courts-métrages, représentant dix-neuf pays du pourtour de la Méditerranée. «Notre tâche s’est avérée particulièrement délicate. Ce n’est pas sans un pincement au cœur que nous avons vu écarter beaucoup de films qui nous ont convaincus», a indiqué Abdellatif Laâbi. Ce dernier a tenu, lors de son intervention, à rendre hommage aux jeunes cinéastes grecs participant à cette huitième édition. «Les membres du jury avaient été particulièrement impressionnés par la qualité des films grecs», a souligné Abdellatif Laâbi. Le grand Prix a été attribué au court-métrage marocain «Courte vie» de son réalisateur Adil El Fadili. «Je ne peux qu’en être fier et heureux. Car c’est la première fois qu’un film marocain remporte le grand Prix à ce festival depuis son lancement. C’est un encouragement pour les jeunes marocains, auxquels je dédie ce prix, qui rêvent de devenir réalisateurs. Je saisis l’occasion pour leur dire que rien n’est impossible mais il faut juste travailler», a déclaré à ALM Adil El Fadili. Il est à noter que le film marocain «Courte vie», qui est d’une durée de 16 minutes, raconte l’histoire de Zhar qui est un enfant né sous le signe du malheur et de la malédiction. Sa mère meurt en le mettant au monde et cette mort déclenche autant de cataclysmes, qui vont le marquer définitivement. Quant au Prix spécial du jury, celui-ci a été décerné au film grec «Inventaire» réalisé par Vangelis Kalambakas. Le Prix du scénario a été attribué au jeune réalisateur tunisien Walid Mattar pour son film «Condamnation». En plus de ces trois prix, les membres du jury ont ajouté trois mentions spéciales, qui ont été décernées notamment aux films «E-Pigs» de Pertar Pusic (Slovénie), «Voix» de Filiz Isik Bulut (Turquie) et « On ne mourra pas » de Amal Kateb (Algérie). A l’instar des années précédentes, la journée de clôture de cette huitième édition a débuté dans la matinée par la traditionnelle leçon de cinéma. Le choix des organisateurs s’est porté, cette année, sur le grand comédien égyptien Ezzat El Alaily pour assurer les travaux de cette manifestation sous le thème «L’art d’être acteur». Et outre, la projection des films en compétition officielle, ce huitième festival a connu aussi la diffusion d’un panorama de courts-métrages marocains et des films destinés aux élèves des établissements scolaires à Tanger. La programmation de cette édition a comporté également des débats autour des courts métrages en compétition.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *