Tétouan : Le cinéma revient

C’est en force que le Festival international du cinéma méditerranéen de Tétouan annonce son retour. Une conférence de presse a eu lieu mardi soir, à l’hôtel Tour Hassan de Rabat pour annoncer le programme de la 12ème édition. Organisé par l’Association des amis du cinéma de Tétouan, ce festival vient d’être pris en main par le ministère de la Communication. Cette tutelle de cette institution étatique intervient pour faire face aux difficultés financières qu’à subies le Festival international méditerranéen de Tétouan. Pour rappel, ce sont ces mêmes entraves qui ont conduit au report de cette 12ème édition. En effet, cette manifestation bi-annuelle n’a pas eu lieu l’année dernière, car l’Association des amis du cinéma s’est trouvée dans de fortes difficultés financières. Alors pour faire face à ces problèmes et pour ne pas reproduire le même scénario, le ministère de la Communication s’est proposé de soutenir cet événement cinématographique. Ainsi, la 12ème édition aura bel est bien lieu et elle se déroulera du 25 mars au 1er avril à Tétouan. Pour lui donner la puissance nécessaire pour pourvoir se manifester en grande pompe, plusieurs sponsors se sont liés à cette édition dont la Samir, la régie des tabacs du groupe Altadis, le groupe Akwa, Amendis et Barid Al-Maghreb pour ne citer que ceux là.
Pour cette 12ème édition, le Festival international méditerranéen de Tétouan consacre dans la catégorie longs-métrages 10 films en compétitions. Parmi ceux-là, figure le dernier opus “Tarfaya” du réalisateur marocain Daoud Oulad Sayed, “Mémoire en détention de Jilali Ferhati. Dans la participation étrangère, il y aura dans la section longs métrages le film “Ici” du réalisateur croate Zrinko Ogresta, “Catherine va en ville” de l’Italien Paolo Virzi, pour ne citer que ceux-là. Les films en compétition seront projetés au cinéma Avenida qui fait partie des trois cinémas où se dérouleront les projections. La catégorie courts-métrages prévoit 16 films en compétition dont 3 sont marocains. Il s’agit de «Amal » co-produit par la France, du réalisateur Ali Benkirane, «la jeune femme et l’ascenseur» de Mohamed Nadif et «Sang d’encre » de Leïla Triki.  Le jury, qui sélectionnera les films qui pourront décrocher entre autres le Grand Prix de la ville de Tétouan du long-métrage, est composé entre autres du réalisateur marocain Ahmed Maanouni, de l’actrice égyptienne Boussy, Mauricio Zaccaro de l’Italie et Cuca Escribano. Outre les films en compétition, les organisateurs ont prévu également des séances spéciales hors compétition. Une section constituée essentiellement de films étrangers. À la 12ème édition du Festival international méditerranéen de Tétouan, il y aura également des hommages, une rétrospective sur le cinéma colonial : «Le Maroc au regard du cinéma espagnol», un Colloque international intitulé : «Colloque et cinéma ». Ce colloque aura lieu les 26 et 27 mars à la Maison de la Culture de Tétouan. Parmi les 14 intervenants de ce colloque figurent « Christine Juppé, Azzouz Beggag, Patricia Pisters ainsi que Ali Sekkaki. Une section carte blanche : Cinéma andalou est aussi prévue au programme, ainsi qu’une section  cinéma d’animation spécialement prévue pour les enfants. De même il est prévu un hommage au réalisateur égyptien Mohamed Khan, au Marocain Abdelkader Lagtaa ainsi qu’au producteur  Humbert Balsan. La 12ème édition du Festival international méditerranéen de Tétouan (FIMT) a misé gros. Rien n’a été oublié, des films en compétition, jusqu’au cinéma d’animation, colloques et stages de formation, le FIMT veut se rattraper. Une façon de manifester sa présence et en force.

Les longs-métrages en compétition :

Tarfaya de Daoud Oulad Sayed, Maroc France, 2004
Mémoire en détention de Jilali Ferhati, Maroc, 2004
Ici de Zrinko Ogresta, Croatie 2003
Catherine va en ville de Paolo Virzi, Italie 2004
Astronautas de Santi Amédeo, Andalousie, Espagne 2004
Le Prince de Mohamed Zran, Tunisie 2004
Dans les champs de bataille de Danielle Arbid, France-Belgique-Liban, 2004
J’aime le cinéma d’Oussama Faouzi Egypte, 2003
Brodeuse d’Eléonore Faucher, Farnce 2003
Nuit sans lune de Artan Minarolli, Albanie-France 2004

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *