TF1 et M6 dans le bouquet TPS

Pour un montant total de 195 millions d’euros (multiplier par environ 10 pour avoir le montant en dirhams), la transaction sera finalisée au cours du premier semestre 2002, précise dans un communiqué la première chaîne de télévision privée, qui détiendra ainsi 50% de TPS. Côté chiffres, TF1 versera 128,7 millions d’euros pour France Télécom et 66,3 millions d’euros pour France Télévision.
Ce changement d’actionnariat implique une fusion de CanalSatellite avec TPS. Du coup, l’actionnariat complexe d’antan s’en trouve simplifié, seulement «les soeurs ennemies de la télévision privée française» pour reprendre l’expression utilisée dans le journal quotidien «Le Monde», TF1 et M6, se retrouvent face à face aux commandes. En effet, quand le rachat par TF1 des 25% que détenaient ensemble les deux groupes publics sera finalisé, la Une contrôlera 50% de la plate-forme satellitaire. Elle aura en face d’elle M6 et Suez (25% chacun) puisque ce dernier détient aussi 37% de la chaîne privée. TF1 déclare que «Cela va simplifier les prises de décision».
Quand à M6, «l’accord signé entre TF1, France Télécom et France Télévision va clarifier l’actionnariat. Pour le reste, cela ne change rien pour M6 puisque l’équilibre est respecté». Donc même attitude pour l’une et l’autre néanmoins, en voyant partir les deux groupes publics, TPS perd aussi les deux «modérateurs» de son tour de table.
Les relations entre les deux chaînes rivales, souvent houleuses étaient pacifiées par l’intervention de France Télévision et France Télécom. Et cela même si cet été, lors de la diffusion 24 heures sur 24, par TPS, de «Loft Story», l’émission à succès de M6, les deux chaînes n’onyt cessé de se tirer dessus. Patrick Le Lay, PDG de TF1, avait même abandonné son poste de président de la plate-forme à la fin août.
Les deux chaînes, qui partagent déjà la direction et l’actionnariat de la chaîne thématique TF6, seront désormais seules dans la conduite du bouquet. «Avec TPS, TF1 s’est sans doute emparé, à un prix peu élevé, d’une source de croissance alternative et durable, distincte des profits générés par la publicité sur son créneau principal», indiquait à l’AFP un analyste financier. Quoiqu’il en soit, de cette manière la perspective d’une quelconque fusion de TPS avec CanalSatellite s’éloigne.Ce rapprochement n’a jamais enthousiasmé la direction de TPS pas plus que celle de TF1. TPS, qui compte près de 1,1 million d’abonnés, prévoit toujours l’équilibre en 2004.
Après des pertes de 122,4 en 2000, elle prévoit de les ramener à 100 millions d’euros en 2001. Son chiffre d’affaires, de 385 millions d’euros en 2000, devrait connaître cette année une croissance à deux chiffres.
Le prochain épisode dans la vie de TPS pourrait être la sortie de Suez. Même si ce dernier affirmait vendredi à l’AFP qu’«aucun changement n’est prévu», les rumeurs d’un désengagement des métiers de la communication sont de plus en plus insistantes. M6 serait alors prioritaire pour racheter ses 25%.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *