Théâtre : Quand les jeunes squattent les planches

Théâtre : Quand les jeunes squattent les planches

Dimanche 20 novembre à Rabat, les férus de théâtre pourront apprécier différentes facettes du phénomène migratoire. Comment ? A travers la première représentation de trois pièces de théâtre intitulées «A’lach Trifouliti» (pourquoi tu as été refoulé), «L’hih» (ailleurs) et «Lazrak» (le bleu). Des œuvres qui seront jouées par une quinzaine de jeunes issus d’une formation en techniques du théâtre lancée par l’association Forum des Alternatives Maroc – FMAS/Action jeunesse à Rabat et ses partenaires dans le cadre du projet «Théâtre interculturel, pour le dialogue et la compréhension mutuelle». Un cursus assuré par sept professionnels du théâtre, à savoir Adil Abatourab, Amine Nasseur, Mahmoud Chahdi, Sara Reghay, Nora Ismail, Abdelhay Seghrouchni et Tarik Ribh. L’objectif étant, selon Wael Ghassane, membre de ladite association, «d’impliquer les jeunes dans la citoyenneté à travers des actions culturelles». Ainsi, les artistes formés ont été sensibles au phénomène migratoire. Chose qui se manifeste à travers les titres donnés aux pièces de théâtre interprétées. «Les pièces partent de la perception des jeunes du phénomène migratoire et parlent de l’illusion de chercher un éden nécessitant des sacrifices souvent vains», ajoute notre interlocuteur. En outre, la formation dispensée à ces jeunes, issus des différentes régions du Royaume, leur permet de diffuser leurs œuvres. «L’un des objectifs du projet est de donner la possibilité de s’exprimer dans une salle, voire l’occasion d’acquérir des outils permettant un savoir-faire et un savoir-être», précise M. Ghassane. Pour rappel, le projet «Théâtre interculturel, pour le dialogue et la compréhension mutuelle» est cofinancé par l’Union européenne, en association avec l’Institut supérieur d’art dramatique et d’animation culturelle (ISADAC). Il est réalisé en partenariat avec l’Association, «Nous Jouons pour les arts-NJ (Maroc), présidée par Tarik Ribh, «Echanges et Partenariats-E&P» (France), et «Arci Cultura e Sviluppo-ARCS» (Italie). Comme il a bénéficié de l’appui du théâtre national Mohammed V.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *