Tournage maintenu au Maroc

C’est une bonne nouvelle pour notre cinéma. Jusque-là, tous les professionnels s’étaient cramponnés à « Alexandre le Grand » d’Oliver Stone. Du maintien du tournage de ce film dépendait le sort des productions étrangères pendant au moins deux ans. Désormais, ce film n’est plus le seul à citer comme un exemple pour rassurer les producteurs étrangers. En effet, une autre production internationale a maintenu ses prises de vue au Royaume. Il s’agit de l’histoire du roi Gilgamesh. La réalisation de ce film, produit par la maison américaine Stonelock pictures, a été confiée à Roger Christian. Ce dernier est l’auteur de « Battlefield earth », avec comme têtes d’affiche John Travolta et Forest Whittaker. Les acteurs qui vont jouer dans le long-métrage, racontant l’histoire du roi Gilgamesh, ont fait rêver des générations de cinéphiles. Il suffit de dire que Peter O’toole, immortalisé par son rôle dans « Lawrence d’Arabie », et Omar Sharif tiennent les premiers rôles dans « Gilgamesh ».
D’autre part, le budget de ce film n’est pas immense (12, 5 millions de dollars US), mais sa présence est de nature à rassurer et encourager d’autres productions internationales. Les premiers contacts des producteurs de ce film ont été pris avec la maison de production Dreamaker, établie à Marrakech. Son directeur, Fouad Challa, nous a confié que l’une des productrices du film se trouve actuellement dans la ville ocre. Il s’agit de Alice Dawson. Le responsable de la décoration se déplacera également au Maroc. Fouad Challa ajoute qu’il faut compter 8 semaines de préparation et autant de jours de tournage pour mener à son terme cette production. Les prises de vue débuteront le 20 septembre.
Au reste, Fouad Challa explique que les producteurs de « Gilgamesh » n’ont pas délocalisé le tournage de ce film, parce qu’ils ont reçu des garanties de la part des autorités marocaines. Il loue particulièrement le rôle de Souhail Ben Barka, directeur du CCM, qui leur a donné des garanties relatives aux mesures de sécurité et leur a même proposé l’aide de l’instance qu’il dirige.
L’histoire de Gilgamesh remonte à 3000 ans. Ce roi assyro-babylonien avait une obsession : l’immortalité. Les décors naturels du sud du Maroc se prêtent aux exploits de cette figure, rendue très célèbre, par un poème intitulé «Celui qui a tout vu».

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *