Tournées à l’étranger : 51 troupes amazighophones à la rencontre des Marocains du monde

Tournées à l’étranger : 51 troupes amazighophones à la rencontre des Marocains du monde

L’objectif de cette initiative est de promouvoir la diversité de la culture marocaine de par le monde à travers cette activité outre d’autres en poésie et musique.

Après les tournées à l’étranger de troupes de théâtre interprétant des pièces en dialecte marocain et en arabe, c’est au tour de celles amazighes de partir à la rencontre des Marocains du monde pour la saison 2018-2019. L’initiative entreprise par le ministère délégué chargé des Marocains résidant à l’étranger et des affaires de la migration a été lancée, lundi soir à Skhirat, pour donner le coup d’envoi à 51 spectacles qui seront interprétés par 12 troupes. Pour Abdelkrim Benoutiq, le moment est «historique». «Quand on a donné le coup d’envoi l’an dernier aux troupes arabophones qui ont présenté 184 spectacles, c’était un défi», estime le ministre délégué chargé des Marocains résidant à l’étranger et des affaires de la migration. Selon ses dires, les MRE ont le droit de bénéficier de la culture de leur pays. A propos de ce lancement des tournées des troupes amazighophones, il précise que «l’engagement est concrétisé». «C’était difficile pour manque de moyens», détaille-t-il. Selon le ministre, ce lancement a été également possible de par l’appui de l’Ircam. Pour lui, le théâtre est une forme de créativité. D’où le choix de son département d’y contribuer culturellement. «Ce n’est que le début !», avance M. Benoutiq. Dans ce sens, il caresse l’espoir de ne pas se limiter au théâtre. «Nous espérons que cette initiative englobera le cinéma et la musique», enchaîne-t-il.

De son côté, Houssain Moujahid, SG de l’Ircam, partenaire à ces tournées, indique que cette initiative est «prometteuse». Celle-ci est, selon ses dires, entreprise conformément à un partenariat pour la promotion de l’amazigh auprès des MRE. L’objectif étant de promouvoir la diversité de la culture marocaine de par le monde à travers cette activité outre d’autres en poésie et musique. «Ces tournées coïncident avec la commémoration du 17ème anniversaire du discours royal à Ajdir et la création de l’Ircam. Depuis, l’institut organise des activités et offre des prix», détaille-t-il.

Au-delà de ce lancement, les artistes présents à l’événement, marqué également par la présence de certains MRE, se sont félicités de l’initiative. Selon l’artiste Houssein Chaâbi, qui a prononcé une allocution au nom de la troupe Tafoukt et des autres artistes amazighophones, cette initiative est destinée «à approfondir l’intérêt sollicité par le théâtre amazigh». Selon ses dires, des artistes y travaillent de plus en plus. Il se félicite par l’occasion du soutien du ministère de la culture à ce théâtre.   

Interrogé lors de l’événement sur le ciblage d’un public non-amazighophone, l’artiste amazigh, Abdellatif Atif, de la troupe Afak el janoub d’Agadir, qui présentera lors de la tournée un spectacle chanté sur la base des poèmes d’Ali Sedki Azaikou, indique qu’entre l’amazigh ou le dialecte marocain, «il existe une certaine similitude». Pour lui, la transmission de l’amazigh est du «rôle des troupes amazighes qui vont partir à la rencontre des Marocains du monde». L’artiste qui se félicite de l’initiative du ministère, précise œuvrer avec une langue amazighe facile. «Nous travaillons avec une langue amazighe de communication», détaille-t-il.

Pour sa part, Rajae Khermaz, artiste amazighe représentant la troupe «Dust mesrah» dont elle est membre, souligne l’intérêt de cette démarche qui consiste à s’ouvrir sur «un grand public étranger également».

Pour elle, le théâtre est basé sur l’image et le mouvement ainsi que le feeling. «C’est une opportunité pour le public étranger de voir des spectacles en amazigh», enchaîne-t-elle.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *