février 24, 2017

Trafic illicite des biens culturels : Le Maroc lance son programme

Trafic illicite des biens culturels : Le Maroc lance son programme

Le ministère de la culture a sollicité l’appui technique et financier de l’Unesco et l’Agence espagnole pour la coopération internationale au développement (Aecid).

Le Maroc vient de lancer son programme de lutte contre le trafic illicite des biens culturels. C’est un programme qui consiste en un projet de formation de formateurs sur la lutte contre ce trafic. Dans ce sens, le ministère de la culture a sollicité l’appui technique et financier de l’Unesco et l’Agence espagnole pour la coopération internationale au développement (Aecid). «Il s’agit d’un programme qui s’inscrit dans le cadre de sa politique de protection du patrimoine culturel national et en application des engagements du Royaume du Maroc pour la mise en œuvre de la Convention de l’Unesco de 1970 concernant les mesures à prendre pour interdire et empêcher l’importation, l’exportation et le transfert de propriétés illicites des biens culturels», indique le communiqué officiel de l’ambassade d’Espagne au Maroc.

Et d’ajouter que «ce projet qui a été mis en œuvre par le Bureau de l’UNESCO pour le Maghreb et le ministère de la culture marocain a permis la constitution d’un noyau national de formateurs, l’organisation de quatre ateliers régionaux d’information et de sensibilisation sur le trafic illicite des biens culturels, et la préparation d’un manuel de formation sur la lutte contre le trafic illicite des biens culturels». Dans ce sens, ces activités seront destinées aux institutions impliquées dans la protection des biens culturels au Maroc, notamment le ministère de la culture, le ministère de la justice et des libertés, le ministère de l’intérieur, la Marine royale, la Gendarmerie royale, la direction de la sûreté nationale et l’Administration des douanes et des impôts indirects.

Cela permettra de constituer et de renforcer les capacités d’un socle de professionnels pour mettre en pratique les mesures et les instruments juridiques nationaux et internationaux existants en vue de lutter contre le trafic illicite des biens culturels. Dans ce cadre, une réunion sera organisée en collaboration avec le ministère de la culture, la Commission nationale marocaine pour l’éducation, les sciences et la culture et l’Aecid, le 16 février 2017 à l’Académie du Royaume du Maroc pour présenter les résultats du projet et en particulier le manuel de formation destiné aux instituts de formation et aux centres de perfectionnement des cadres relevant des différents départements engagés dans ce programme, afin de développer des modules de formation en lien avec les mesures et les instruments juridiques nationaux et les conventions internationales interdisant le commerce illicite et le pillage des biens culturels.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *