Trente mille visiteurs à «Abysses»

Trente mille visiteurs à «Abysses»

Entamant son deuxième mois, l’exposition «Abysses», qui se poursuit jusqu’au 31 mars 2011 à l’ancien aquarium de Casablanca, a déjà accueilli 30.000 visiteurs, un score au dessus des espérances des organisateurs. Promue par l’ambassade de France au Maroc et organisée par l’Institut français de Casablanca, cette exposition qui dévoile la plus grande diversité de créatures profondes connaît un succès de fréquentation sans précédent au Maroc pour une exposition scientifique de ce type. Selon les organisateurs de cet événement, à ce jour l’exposition a accueilli les élèves de près de 130 établissements d’enseignement du Maroc, dont ceux de l’Ecole princière. La majorité des établissements sont issus des régions de Kénitra, Settat et El Jadida. Pendant le Salon du livre, cette exposition a même enregistré la venue d’établissements de Chefchaouen, Fès et Oujda. Durant le week-end et les jours de fête, la fréquentation est plus familiale avec des pics d’affluence de 2.300 personnes, provoquant des files d’attente d’une heure ou plus. « A notre grande surprise, la plupart des visiteurs ont fait preuve d’une très grande patience en choisissant de rester», a souligné Patrice Armengau, directeur de l’Institut français de Casablanca lors d’une conférence de presse tenue lundi 14 mars à Casablanca dressant le bilan de l’exposition. Suite au succès qu’a connu cet événement, des horaires élargis sont proposés au public, du mardi au dimanche à partir du 10 h à 19 h sans interruption et en nocturne le vendredi soir jusqu’à 21 h. Rappelons que cette exposition a été présentée pour la première fois, il y a quatre ans, au Muséum national d’histoire naturelle de Paris, avant de tourner vers de nombreuses métropoles: Hong Kong, Luanda, Taêi, Ping Tong, Shangai…. C’est la première fois qu’elle est présentée dans un pays du monde arabe et c’est Casablanca qui a la chance d’abriter cet événement. Les animaux présentés dans cette exposition appartiennent à des espèces rarissimes, dont il n’existe pas ailleurs, d’autres spécimens aussi bien conservés. Créatures du froid et de l’obscurité, liées à un milieu très particulier, les habitants des abysses ne peuvent pas survivre en aquarium, de plus leur mode de conservation est extrêmement complexe. Ces animaux ont été pêchés récemment à des fins d’études scientifiques par les échantillonneurs des submersibles, ou chalutés avec soin au cours de campagnes océanographiques menées aux quatre coins du monde. Ces spécimens ont ensuite été conservés avec des méthodes innovantes, leur permettant de garder leur aspect naturel. À cette occasion, plusieurs activités sont organisées en parallèle, des débats, des rencontres et des ateliers destinés aux enfants. L’auditorium de la médiathèque de la mosquée Hassan II abritera les vendredi 18 et samedi 19 mars 2011, une rencontre autour du mystère de la faune abyssale et le monde lumineux des océans avec Catherine Vadon, océanographe au Muséum national d’histoire naturelle. Le vendredi 25 mars 2011 sera organisée une table ronde présentée par l’Institut national de recherche halieutique.  Dans ce cadre également, Frédéric Calmès présentera aux enfants les contes de la mère Océane.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *