Truffaut, vedette du festival de Clermont-Ferrand

« Il est plaisant que chacun butine, fasse son marché dans l’oeuvre de François », estime Madeleine Morgenstern, invitée du festival, et qui partagea la vie du cinéaste pendant six ans. « L’hommage » se veut en effet festif plutôt qu’académique, et il tient à s’élargir aux courts métrages très variés que l’oeuvre et la vie de François Truffaut ont inspirés depuis vingt ans. Ainsi, « Quand je serai jeune », de Yann Dedet, met en scène deux monteurs achevant leur travail sur « Baisers volés » en 1968 à Paris, tandis que « Kiss me » est un…clip du groupe américain « Sixpence None the Richer », directement inspiré de « Jules et Jim »! Quant à Jean-Pierre Léaud, l’acteur fétiche de Truffaut, il propose dans « Léaud de Hurle-dents », tourné en 2003 par Jacques Richard, une décoiffante ballade au cimetière de Montparnasse, mi-hommage à Truffaut, Henri Langlois, , Jacques Demy…, mi-règlement de comptes avec son dentiste-bourreau! La programmation de « Du côté de chez François » s’articule autour du premier succès de François Truffaut, « les Mistons », avec Bernadette Lafont et Gérard Blain, qui le fit connaître en 1957, et d' »Antoine et Colette », avec Jean-Pierre Léaud et Marie-France Pisier, épisode du film « L’amour à vingt ans » réalisé huit ans plus tard. Les 10 autres courts métrages présentés (auxquels s’ajoute une interview de 58 minutes inédite en France que Truffaut accorda à une journaliste canadienne) sont des films qu’il a produits, comme « Le scarabée d’or », réalisé par son ami Robert Lachenay d’après Edgar Poe, ou qu’il a inspirés. « Sur les 25 films réalisés par Truffaut, seulement quatre sont des courts-métrages, et il a refusé toute projection du tout premier, ‘Une visite’, réalisé en 1954 », explique Christian Guinot, le programmateur de l’hommage clermontois.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *