TVM, on connaît la chanson !

TVM, on connaît la chanson !

La TVM avait tous les atouts pour s’assurer une sortie honorable au Concours national de la chanson marocaine.
L’objectif est, soit dit en passant, noble et louable, le lancement de ce concours, annoncé en grande pompe, visait à donner un nouveau et, ô combien nécessaire, souffle à une chanson en quête inlassable d’oxygène. Plus louable encore, est que ce concours ait donné naissance, ou du moins permis de « ressusciter » le légendaire Orchestre national de la radio et télévision marocaines. Ce vieil-nouvel orchestre, présidé par le luthiste Azeddine Mountassir, a d’ailleurs donné la pleine mesure de son maestria, samedi soir dernier lors de la cérémonie de remise des prix aux lauréats du concours. La présence de grands symboles de la chanson à cette soirée, marquée par un hommage au musicologue Abdenbi Jirari, devait en outre lui donner plus de crédibilité, et donc plus de poids.
Et puis, il y avait ce suspense qui naturellement prévaut lors de ce genre de cérémonie. Décidément, la TVM avait toutes les chances pour réussir une belle soirée d’animation. Or, cela n’a pas été le cas. Et ce n’est surtout pas le commun des téléspectateurs branchés ce soir sur la TVM qui nous contredira. Pas plus que les nombreux spectateurs qui ont fait le déplacement ce soir au Théâtre national Mohammed V, dont une bonne partie a fini par quitter la salle avant la baisse de rideau, tant l’ennui régnait. En cause, un semblant d’animation.
Le présupposé à cette tâche, un ex-animateur de la Radio nationale pour ne pas le nommer, n’a pas su donner à l’événement sa véritable dimension. Faute de finesse et de subtilité, il nous a servi une animation « au premier degré»!
Un regrettable étalage de lieux communs, qu’il servait à tout vent. Une bonne partie des lauréats, ou de ceux qui devaient remettre les prix, se sont vu généralement décerner l’attribut « Rayii » (extraordinaire) !
La scène montrant un artiste donner l’accolade à un autre est « commentée » littéralement (!). Peu d’imagination, manque de simplicité, qui ne veut d’ailleurs pas dire vulgarité, absence du sens d’improvisation…
Ce sont là quelques failles qui ont sérieusement porté préjudice à une soirée censée honorer la chanson marocaine, rendre hommage aux débutants comme aux professionnels de la scène lyrique, entretenir le suspense sur les noms des lauréats du concours, sachant qu’il s’agissait bel et bien de cérémonie de remise des prix… Et puis, il y a eu cette émotion qui n’a hélas pas été au rendez-vous lors d’une occasion supposée se dérouler dans une ambiance de fête. C’est à se demander s’il y a encore des gens capables de fêter nos talents comme il se doit, d’avoir les mots justes pour récompenser et mettre en valeur leur mérite.
Hayat Al Idrissi, qui a reçu le Prix de la meilleure interprétation pour sa chanson « Ana khayfa », venait à peine de surmonter une difficile épreuve de santé. Pas un seul mot de consolation pour cette grande dame de la chanson marocaine, qui revenait d’une longue et grave maladie ! Pas plus que Nouâmane Lahlou (Prix de la meilleure composition pour « Khayfa »), et moins encore Rachid Boulayoune (Prix du meilleur auteur pour la même chanson). Récapitulons : si l’initiative de la TVM est excellente, sachant qu’elle a pour objectif de mettre en lice et donc de motiver les professionnels de la chanson, elle reste sans fondement en l’absence d’une vision capable de lui garantir ses chances de réussite.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *