Un grand commis de l’Etat s’en va

Un grand commis de l’Etat s’en va

Abdelouahab Benmansour, historiographe du Royaume et l’un des ouléma, penseurs et historiens qui ont eu à assumer, durant un demi-siècle de l’histoire du Maroc des charges suprêmes, est décédé mercredi après-midi 12 novembre à Rabat. Les obsèques du défunt ont eu lieu jeudi 13 novembre après la prière d’Al Asr au cimetière Achouhada à Rabat. SM le Roi Mohammed VI a adressé un message de condoléances à la famille de Abdelouahab Benmansour. Dans ce message, SM le Roi souligne avoir appris avec une profonde affliction et une grande tristesse la nouvelle de la disparition de feu Abdelouahab Benmansour, historiographe du Royaume et l’un des serviteurs dévoués du Trône. «En cette douloureuse circonstance, Nous vous exprimons et à travers vous, à tous les proches du regretté disparu, ses amis et ses disciples, Nos vives condoléances et Notre sincère compassion en cette perte cruelle, la volonté de Dieu étant imparable», ajoute le Souverain. «Avec sa disparition, le Maroc aura perdu l’un de ses ouléma, penseurs et historiens dévoués qui ont eu à assumer, durant un demi-siècle de l’histoire du Maroc, des charges suprêmes tant des temps de Notre regretté grand-père et de Notre vénéré père, feu SM Mohammed V et feu SM Hassan II, que Dieu les ait en Sa Sainte Miséricorde, que sous Notre règne prospère. Il est resté un symbole de fidélité et de dévouement dans l’accomplissement des responsabilités qu’il a assumées, en tant qu’historiographe du Royaume, directeur des archives royales, conservateur du mausolée Mohammed V et membre de l’Académie du Royaume, devenant ainsi l’une des références officielles en matière de documentation et de recherche sur l’histoire du Maroc», écrit le Souverain. Feu Benmansour est né en 1920 à Fès, où il a fait ses études primaires, secondaires et supérieures.
Licencié en littérature et en droit islamique, il a rallié le Mouvement national dès son jeune âge, avant de quitter le Maroc pour s’engager dans les mouvements patriotiques nord-africains. Rentré au Royaume après le retour d’exil de Feu SM Mohammed V, le défunt, qui a exercé comme professeur de l’enseignement secondaire en 1956, a été nommé directeur-adjoint de la Radiodiffusion nationale en février 1957, puis membre du cabinet de Feu SM Mohammed V en septembre de la même année. Le défunt a été nommé par Feu SM Hassan II historiographe du Royaume, directeur du Cabinet royal, puis directeur des Affaires politiques au ministère de l’Intérieur (1963), avant d’occuper le poste de directeur général de la RTM (1965).
En janvier 1967, Feu Benmansour a été nommé conservateur du Mausolée Mohammed V, une fonction qu’il a accumulée avec celle de directeur des archives royales, à partir de 1975. Membre fondateur de l’Académie du Royaume du Maroc, le défunt est l’auteur de plusieurs ouvrages et articles sur l’histoire du Maroc, ainsi que d’études et recherches publiées dans plusieurs revues marocaines et étrangères. Feu Benmansour avait reçu plusieurs décorations et distinctions nationales et étrangères, dont le Wissan du Trône de l’ordre de commandeur, le Cordon de mérite égyptien de première catégorie et le Cordon de mérite sénégalais.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *