Un hommage à la femme au quotidien

Aujourd’hui le Maroc : Quel type de magazine télévisé est « Douniaki » ?
Az-eddine Salem : Au départ c’était un magazine multi rubriques de 52 minutes. On y traitait tout ce qui pouvait intéresser la femme marocaine de près ou de loin. C’était un coktail de conseils pratiques auquel se greffaient des sujets sociaux qui pouvait aider la femme à s’épanouir : les droits de la femme… Une émission de ce type manquait dans le paysage audiovisuel marocain. Douniaki est la première du genre.
Pourquoi avoir changer de formule ?
Au départ c’était un 52 minutes quotidien qui commençait à 11h et qui a finit la saison en commençant à 11h45. Il y avait plusieurs animatrices qui s’occupaient de plusieurs rubriques : santé, société, cuisine, mode, beauté… Mais au bout d’un an de fonctionnement avec cette formule, on s’est aperçu, d’après le courrier reçu, que les sujets les plus captivants étaient principalement centrés sur tout ce qui était cuisine, bricolage, pratique… Donc depuis le 31 décembre 200, Douniaki est devenue une émission quotidienne, toujours, de 26 minutes, avec une seule animatrice sans les rubriques santé et société.
Alors justement nouvelle formule ?
D’abord il y a une séquence cuisine (qui plaît beaucoup) où on présente des recettes différentes faciles et plus compliquées pour des téléspectatrices cordon bleu mais aussi amatrices. De cette façon, en trouvant un équilibre où tout le monde trouve son compte. Puis il y a 3 minutes quotidiennes d’astuce-ménage. En outre, une dernière rubrique consacrée au bricolage et à la décoration. Et enfin, la mode et la beauté sont des sujets inévitables. On essaie de couvrir tous les défilés et on propose une rubrique moderne avec le prêt à porter et traditionnelle avec les caftans… On essaie d’être à l’écoute du public en traitant des sujets qui l’intéressent. L’émission repose essentiellement sur le côté pratique des sujets que l’on traite en utilisant du matériel et des produits que toute femme marocaine peut avoir chez elle, dans le fond du tiroir. On voudrait faire de Nouhad, que l’on suit pendant toute l’émission à travers ces différentes rubriques, la superwoman marocaine qui tout en étant moderne, tout en prenant soin d’elle est tout à fait capable de gérer son chez-elle. La femme idéale en quelque sorte.
Quel est votre public ?
On reçoit à peu près 400 lettres de nos téléspectatrices de 39 ans et plus, et aussi téléspectateurs, tous les deux jours (30 % du courrier provient des hommes : il y a entre autres ceux qui veulent épouser l’animatrice, Nouhad Senhaji…). On nous propose des sujets à traiter, des recettes… En fait toute l’émission repose aussi sur l’interactivité qu’on peut avoir avec notre public par le biais du courrier. C’est impressionnant aussi le nombre de courrier de la part des marocains à l’étranger, mais aussi les Algériennes qui aiment tout particulièrement notre cuisine et qui sont friandes de nos recettes. On voudrait à termes, agrandir notre équipe pour répondre plus facilement à tout le monde.
Est ce que vous prévoyez d’autres changements ?
Oui on voudrait réinstaller d’autres rubriques comme la santé mais on veut avant que le public s’habitue à cette nouvelle formule. Tout en sachant que l’on change la décoration et la structure à peu près tous les 3 mois.. Par exemple, on fait des spécials : Aïd, les mercredis on essaie de se concentrer sur les enfants… On essaie de ne pas se cantonner aux studios, on sort en extérieur en suivant Nouhad un peu partout.
Les pourcentages d’audience ?
Avant que l’émission Douniaki ne prenne la tranche horaire du 12h, c’était un coin fourre tout. On y mettait des documentaires animaliers ou autres. L’audience était de 0,2 %. Depuis que Douniaki existe, l’audience est de 10 %

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *