Un mariage heureux entre cinéphilie et divertissement

Un mariage heureux entre cinéphilie et divertissement

Lors d’une conférence de presse tenue mardi 4 amrs à Casablanca, Nabil Benabdallah, président de la fondation du Festival du cinéma méditerranéen de Tétouan, a présenté les grandes lignes de la  14ème édition de ce festival, prévu du 29 mars au 4 avril. Selon les organisateurs, «la dimension méditerranéenne de cet événement a été enrichie d’année en année sans confiner le cinéma à un genre, mais en élargissant les choix, en prônant la curiosité, avec toujours comme credo de réussir un mariage heureux entre cinéphilie et divertissement.»
Ainsi cette année, le FICMT projettera pendant 7 jours, plus de 70 films, représentants 14 pays avec 50.000 spectateurs attendus. Le festival dans sa 14e édition présentera comme de coutume trois sections compétitives. Il est question de la catégorie long-métrage  avec dix films en compétition et dont le jury sera présidé par le grand acteur égyptien Hussein Fahmi; La  catégorie courts-métrages dans laquelle concourent quinze films et qui sera présidée par la réalisatrice marocaine Souad Bouhati, et enfin la catégorie documentaire avec dix films et dont le président du jury sera  l’auteur et producteur marocain Mohamed Kaouti.
Au palmarès de ce festival, figurent des longs-métrages; «Les cœurs brûlés» (2007) d’Ahmed El Maânouni, «La beauté éparpillée» (2007) de Lahcen  Zinoun, et  les courts-métrages «Sarah» (2007) de Khadija Leclerc et «Un formidable voyage» (2008) de Abdeslam Kelai, et enfin les documentaires «Nûba d’or et de lumière» (2007) d’Izza Génini et «Le fil blanc» (2007) de Khalil Benkirane. Neuf prix d’une valeur totale de 255.000 dirhams, récompenseront les films en compétition des trois sections.
Le film «En attendant Pasolini»2007 de Daoud Aoulad-Syad ouvrira cette 14éme édition du festival.
Par ailleurs, des hommages seront rendus à certaines figures du cinéma dont la talentueuse et attachante actrice marocaine Aïcha Mahmah, le célèbre acteur espagnol  Imanol Arias, qui a marqué le cinéma ibérique des deux dernières décennies, et l’acteur Mohamed Henidi, figure incontournable du cinéma populaire égyptien. Le cinéma tunisien sera à l’honneur cette année à travers une rétrospective qui retrace en longs et courts métrages le meilleur de cette cinématographie voisine. Après le FID’ Marseille, cette année ce sera au tour du Festival des continents de Nantes, un autre festival méditerranéen, de programmer une carte blanche qui présentera de véritables raretés, ouvrant ainsi le FICMT vers de nouveaux territoires géographiques. Deux tables rondes seront organisées autour des thématiques suivantes «Exploitation, Distribution et festivals, quel partenariat ?» ainsi que «Tétouan, berceau    des écrivains et des cinéastes». Enfin, les traditionnels stages «à l’Ecole du cinéma» affirment la volonté du festival de s’inscrire dans une logique pérenne et d’assurer au public de demain une sensibilisation et un apprentissage des moyens filmiques.
Une première pour cette 14ème édition, six œuvres filmées moyennant la technique de la vidéo, par des jeunes amateurs, seront présentées au public.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *