Un marocain dans la peau d’Abdelhalim

Abdou Cherif est de retour au bercail. Il se produira le vendredi 12 décembre prochain au Mégarama. Pour ce spectacle, le chanteur offrira à son public un mélange de chants judéo-arabes, arabo-andalous ou encore des titres d’Enrico Macias et de Charles Aznavour. Le répertoire d’Abdelhalim Hafed, que Abdou Cherif interprète à la perfection, fera également le plaisir des mélomanes qui assisteront à ce spectacle. «C’est ce que le chanteur lui-même a dévoilé lors d’une conférence de presse tenue mardi soir à Casablanca. Depuis le temps qu’il ne s’est pas produit devant son public marocain ! Et ce n’est pas les propositions qui manquaient. « J’ai reçu plusieurs offres de me produire au Maroc, mais aucune d’entre elles n’était à la hauteur de mes espérances. Le public de mon pays m’est très cher. Je voulais être complètement prêt pour sa rencontre », explique-t-il. L’occasion s’est donc présentée et il s’est précipité à répondre à l’appel de son public marocain, après une absence qui n’a que trop duré. En effet, la dernière fois qu’il est monté sur une scène marocaine, c’était en 1992 à l’occasion des festivités de la fête de la Jeunesse. Le chanteur s’est produit alors au Théâtre national Mohammed V à …. 1h du matin. «Le programme était tellement chargé que je n’ai pu me produire que très tard dans la soirée. Mais malgré l’heure tardive, le public rbati, que je remercie d’ailleurs beaucoup, est resté pour me voir et m’écouter chanter. Et ce jour-là, je me suis donné à fond. Tout ce que j’ai interprété émanait de mon coeur», se souvient ce chanteur qui s’est produit une année plus tôt devant feu SM Hassan II. Mais après cette belle prestation, Abdou Cherif s’est mis à l’écart du monde de la chanson, peaufinant un retour en force. C’était en 1999 au Caire, un concert qui a marqué le début d’une véritable histoire d’amour entre le Marocain et le public égyptien. Ce dernier a littéralement été subjugué par l’interprétation que l’artiste a faite des chansons d’Abdelhalim Hafed. Un engouement qui s’est vérifié trois années plus tard lorsque le chanteur marocain s’est produit à l’Opéra du Caire. «Gabbar» était au menu. Dès les premières notes de ce titre mythique, le public a été saisi par la sincérité de l’interprétation. On dirait que Abdelhalim a été réincarné le temps d’un concert accueilli par l’une des plus prestigieuses scènes arabes. La presse égyptienne n’a pas hésité à le surnommer «le nouveau Halim». Désormais, son nom s’est toujours confondu à ce géant de la chanson arabe. Même sur le plan physique, la ressemblance est tellement frappante que des producteurs de cinéma égyptiens n’ont pas hésité à faire appel à Abdou pour un film relatant la vie du chanteur égyptien. Une situation qui est loin de déranger Abdou Cherif. «Abdelhalim n’avait rien pour réussir, et pourtant, il est devenu une légende. Chanter son répertoire m’a beaucoup aidé pour gagner en maturité artistique ». Mais à présent, le chanteur prépare ses propres chansons, qui ne manqueront pas de faire un tabac.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *