Un numéro vert contre le Sida

Dans le cadre de ses actions internationales, SIS souhaite développer, dès cette année, un projet d’action de coopération au bénéfice de l’ALCS, présidé par Hakima Himmich. Cette coopération consistera en un transfert de savoir-faire et de pratiques liés à l’écoute téléphonique appliquée au VIH/Sida au Maroc.
La réussite de ce projet, soutenu par la mairie de Paris à hauteur de 300 000 Frs, ne réussira que si le public Marocain est suffisamment sensibilisé par les médias.
Cette action de coopération a un programme d’actions sur 2 ans 2002/2004. D’une part, elle fait de la réduction du clivage Nord/Sud, une priorité. Si la situation des personnes touchées par le VIH a évolué dans les pays occidentaux, grâce à des politiques actives de prévention, une large partie de la population mondiale reste exclue de cette prise en charge médicale, psychologique ou sociale. Par ailleurs, la coopération internationale doit prendre en compte les pays où l’épidémie semble en apparence contenue.
C’est principalement le cas du Maghreb et plus précisément du Maroc où la situation épidémiologique est contrastée mais préoccupante : 15 000 cas en 2001, chiffre probablement sous-évalué mais en très nette progression depuis 2 ans (5 000 en 1999).
L’assistance au téléphone s’est déjà révélée efficace pour réduire la vulnérabilité, dans le plus strict anonymat, soutenir et prendre en charge les personnes atteintes. Ainsi, le service d’écoute, adapté à l’Egypte, une société pleine de tabous autour de la sexualité, aurait ouvert depuis 1996, une voie essentielle vers une prévention qui serait autrement, restée inaccessible à un large public. Au Maroc, dès 1989 l’ALCS a mis en place une permanence téléphonique assurée par des bénévoles formés à l’écoute. Mais l’investissement de ce dispositif, confronté à plusieurs obstacles (infrastructure, absence de numéro national gratuit…), reste encore en l’état embryonnaire et mérite d’être développé pour répondre à une demande du public plus importante.
Face à ce constat, l’ALCS a recherché auprès des partenaires internationaux, principalement, SIS, une aide concrète en vue de renforcer et développer son dispositif téléphonique existant.
Concrètement, le projet d’action s’articule autour de la mise à la disposition de l’ensemble de la population marocaine un service d’écoute couvrant la totalité du territoire national. Ce dispositif sera le fruit d’une assistance technique, matérielle, humaine et de l’accompagnement personnalisé marocain, apporté par SIS. L’information diffusée sera de qualité, actualisée, complète et compréhensible (bilingue français/arabe dialectal) sur l’infection à VIH, ses modes de transmission, son dépistage et son traitement afin d’éviter les doutes et les rumeurs qui amènent une perte de crédibilité de l’information et des émetteurs de l’information. Pour cela une plate- forme d’écoute avec un numéro confidentiel, anonyme et gratuit, sera mise en place à Casablanca, accessible de l’ensemble du territoire marocain de 9 heures à 21 heures. Pour un impact fort et optimal, il est prévu une campagne d’affichage pour faire la promotion du nouveau service d’aide et d’assistance au téléphone…
L’action se justifie pleinement. Le sida sévit dans le monde depuis 20 ans et a donné lieu à la plus dévastatrice de l’histoire. Les chiffres sont révélateurs : 58 millions de personnes infectées et 22 millions terrassées. Mais ce n’est pas fini ! Le principal impact de la pandémie reste probablement à venir…

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *