«Un parfum de liberté…» : 40 ans d’expression et de création de Mohamed Kacimi

«Un parfum de liberté…» : 40 ans d’expression  et de création de Mohamed Kacimi

Le Comptoir des mines Galerie de Marrakech démarre l’année 2018 avec une nouvelle exposition.

Il s’agit de «Un parfum de liberté…» de Feu Mohamed Kacimi prévue jusqu’au 10 février. Organisée par la Compagnie marocaine des œuvres et objets d’art, cette exposition met à l’honneur 74 chefs-d’œuvre de cet artiste datant de 1965 à 2003.

«A travers cette exposition, la famille de l’artiste Feu Mohamed Kacimi (Batoul, sa fille, et Chafika Sekkat, sa veuve) ainsi que Hicham Daoudi, président de Art Holding Morocco, ont voulu présenter 40 ans d’expression et de création de ce pionnier de l’art marocain», indiquent à ce sujet les organisateurs. Dans ce cadre, l’exposition donne à découvrir l’évolution des innovations graphiques de Mohamed Kacimi. Elle présente les premiers travaux et recherches méconnus de l’artiste, en allant vers le développement d’une conscience politique présente en force dans ses œuvres, porteuses de messages et de multiples interrogations.

«Au-delà, je privilégie l’intuition comme moteur, tête chercheuse qui me dirige vers une déconstruction de cette organisation mythique en favorisant le sens, la construction générative, l’imprévu comme données poétiques», avait écrit Mohamed Kacimi. Il faut rappeler que l’artiste était fortement influencé par l’école de la figuration. Ses dernières œuvres, dans lesquelles il explore plusieurs thématiques très fortes, des Atlassides, à Shéhérazade ou à la mémoire de Noor, en passant par la représentation de l’Afrique, avec ses conteurs et ses dessins de voyage. Mohamed Kacimi était peintre mais également poète et écrivain. «L’été blanc», «Les vents ocres» et «Le creux du corps» sont parmi les multiples recueils que l’artiste a publiés entre 1990 et 1999.

De cette personnalité aux multiples facettes, il faut aussi retenir le fervent défenseur des droits de l’Homme. Toute sa vie, il s’efforcera de mettre en dialogue l’art et la société et de favoriser ainsi l’accès à l’art aux personnes se trouvant, de par leur position sociale, dans une difficulté d’accès aux biens et aux services culturels. Kacimi est devenu l’une des références essentielles de l’art de notre temps. Une fois de plus, l’exposition «Un parfum de liberté…» nous invite à un voyage dans le monde de cet artiste.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *