Un premier pas pour la bonne cause

Le sit-in des journalistes prévu hier, devant le siège de l’ONCF à Rabat a été ainsi reporté en attendant d’y voir plus clair. Avant tout rappelons le contexte dans lequel se livre les négociations entre l’ONCF et le SNPM.
Le SNPM avait appelé l’ensemble des journalistes marocains à participer à un sit-in organisé le 6 février à 17 heures devant le siège de l’ONCF à Rabat. L’objectif de ce sit-in était de protester contre la volonté de l’ONCF de revenir sur un acquis en faveur des journalistes et qui leur permet la gratuité sur les lignes du transporteur ferroviaire. En effet, le SNPM avait vivement dénoncé la décision de l’administration générale de l’ONCF de priver les journalistes de l’acquis de la gratuité du transport ferroviaire. En outre, il avait annoncé qu’il entamerait des campagnes de protestation pour défendre le droit de tous les journalistes de bénéficier de cette gratuité. Le secrétaire général du SNPM M. Younès El Moujahid s’était indigné de cet état de fait : «Normalement, tous les journalistes devraient bénéficier de la gratuité du transport ferroviaire. Or, au lieu de cela l’office a suspendu l’octroi des cartes de gratuité et exige une contrepartie financière de la part des journalistes. Alors qu’en fait, ils les ont données à tous les parlementaires, les retraités… Les journalistes s’en voient privés. Ces cartes font partie des acquis sociaux que l’on devrait avoir. Et c’est suite à une initiative royale annoncée en 1986 que les journalistes titulaires de la carte professionnelle avaient pu bénéficier de cette gratuité du transport ferroviaire, en reconnaissance de leur mission pour la société et non pas pour s’enrichir sur le dos de l’ONCF ! En outre, le nombre de journalistes qui empruntent le train pour les déplacements ne peut constituer un poids pour l’office.».
Vers la mi-janvier de cette année, un accord avait été conclu, lors d’une réunion à Rabat, sur le renouvellement des cartes de gratuité de l’ONCF au profit de 100 journalistes seulement, et cela durant une première étape provisoire de trois mois. Durant cette étape, l’ONCF devait effectuer une étude financière, la présenter au ministère de l’économie et des finances pour décider de manière définitive de l’octroi de cartes de transport à tous les journalistes. Cette décision n’ayant pas été appliquée, le SNPM avait fait un appel à tous les journalistes pour le sit-in du 6 février.
Aujourd’hui la date de ce sit-in a été reporté suite à l’assemblée qui s’est tenue hier matin à Rabat entre les différents partis concernés. La semaine prochaine se tiendra une nouvelle réunion pour les futures cartes de gratuité. Quoiqu’il en soit, la décision de l’ONCF de prolonger les cartes actuelles jusqu’au mois de mars constitue un premier pas vers une future «probable» entente. En tout cas il faut l’espérer !

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *