Un secteur à chantiers ouverts

Un secteur à chantiers ouverts

L’année 2007 a été celle des acquis culturels. Parmi les réalisations, il y a lieu de retenir la création de l’Ecole supérieure des arts visuels (ESAV) de Marrakech qui a été inaugurée par SAR le Prince Moulay Rachid le 9 décembre 2007. Cette initiative répond au souci de combler une grande faille dans le fonctionnement du dispositif créatif national : la formation aux métiers de la télévision, à la communication visuelle, aux arts graphiques et aux multimédias. Inaugurée en marge de la 7ème édition du Festival international du film de Marrakech (FIFM) (7-15 décembre 2007), l’ESAV a nécessité un investissement de 60 millions DH.  Le financement  est octroyé à hauteur de 80% par la Fondation suisse Susanna Biederman et de 20% par l’Université Cadi Ayyad de Marrakech (UCAM).
Autre acquis : l’activation du projet de la carte professionnelle des artistes. Cette initiative avait été lancée dès le début de l’année 2007. Le ministère de la Culture avait lancé un appel à candidatures qui est toujours d’actualité. Les artistes, qui désirent obtenir la carte d’artistes, doivent remplir un formulaire et envoyer leurs dossiers à l’adresse du ministère à Rabat, soit par Internet ou par  le biais de la poste. Cette procédure fait partie des dispositions du statut de l’artiste. Après la couverture maladie et son entrée en vigueur, c’est au tour de la carte professionnelle de voir le jour.
L’intérêt pour les conditions sociales des artistes a augmenté en 2007, après la nomination de Touria Jabrane Kryatif à la tête du ministère de la Culture. Le titulaire de ce portefeuille veut se donner, actuellement, les moyens de cette ambition. De grands efforts sont déployés par le département pour une révision à la hausse tant espérée du budget consacré au secteur culturel, sachant que les institutions culturelles sont confrontées à un manque de moyens financiers et un déficit en ressources humaines. Mme Jabrane a mis l’accent sur la portée des grands projets en cours de réalisation, dont le Conservatoire national supérieur de musique et de danse à Rabat, la Bibliothèque nationale et le Musée d’art contemporain. Elle a aussi fait remarquer que le ministère a élaboré un programme de réforme de la formation musicale pour la période 2007-2012 visant la restructuration et la réorganisation des établissements d’enseignement musical et artistique, la réforme des programmes d’enseignement et l’embauche des cadres enseignants. Ce n’est pas tout. La rénovation du Conservatoire de Casablanca, situé sur le boulevard de Paris, devrait débuter en ce début du mois de janvier an promettant de devenir un établissement de référence en matière d’éducation artistique. S’agissant du cinéma, les professionnels s’accordent à dire que 2007 a été l’année de la gloire du cinéma au Maroc, notamment avec une production nationale qui a dépassé 30 films, mais aussi avec les différents festivals qui ont défilé tout au long de l’année : Casa-ciné, le Festival du film européen, le Festival du cinéma de Tanger,  le Festival du court-métrage… et surtout le Festival international du film de Marrakech qui a pris cette année l’ampleur des plus grands rendez-vous internationaux, à l’image du Festival de Cannes, celui de Berlin, ou plus encore celui de Venise. Cet événement international de plus en plus en vogue a choisi de partir à la découverte d’une cinématographie rare, avec une attention particulière accordée à la production des pays d’Europe de l’Est, une véritable pépinière de talents.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *