Un théâtre où le spectateur peut se glisser dans la peau du comédien

Un théâtre où le spectateur peut se glisser dans la peau du comédien

Le nouveau projet «Speakart», lancé par l’Association Racines pour la culture et le développement au Maroc et en Afrique, consiste à choisir le théâtre comme forme artistique pour mettre en débat des sujets ayant trait à la liberté d’expression et la reddition des comptes. La précision est faite par Dounia Benslimane, directrice de développement de l’association initiatrice, qui rappelle également que ce projet, tout comme d’autres lancés par cette structure, émane du constat du paysage marocain notamment la reddition des comptes. «Il s’agit d’informer le citoyen et de le sensibiliser par rapport à ses droits», explicite la responsable. Selon ses dires, la particularité du projet «Speakart- Pour la promotion de la liberté d’expression et de la culture de redevabilité» réside également dans l’option pour le théâtre forum. «Il s’agit d’une forme particulière suivie d’un forum permettant au spectateur de se mettre à la place du comédien dans un espace en plein air où tout le public est appelé à intervenir», détaille-t-elle. Ce projet, qui se décline en représentations de plusieurs villes du Royaume, est également marqué par l’organisation d’ateliers avec les jeunes.

Ces workshops sont consacrés, à leur tour, à la citoyenneté et la redevabilité pour mettre celles-ci en pratique en théâtre. Déjà, l’association a lancé un appel à candidatures à ce projet qui a un double objectif aux yeux de la responsable. Le 1er consiste à aborder de la thématique centrale de ce projet. Le 2ème étant celui de rapprocher le citoyen du théâtre et de l’art tout en sensibilisant aux pratiques culturelles. «Evidemment, nous espérons qu’il y ait un impact sur les responsables institutionnels. C’est un travail de plaidoyer de longue haleine», enchaîne-t- elle. Quand même, certaines lueurs d’espoir se profilent, selon ses dires, à l’horizon par rapport à l’accès à la culture. «Cependant il n’existe pas, au Maroc, de politique culturelle tournée vers les citoyens», constate-t-elle amèrement. D’où l’intérêt du projet de l’association qui entreprend également d’autres initiatives dans ce sens. Ainsi, le travail structurant de Racines consiste à mettre en lumière la politique culturelle avec la collaboration d’autres structures dont celles en régions.

«Nous proposons également des recommandations sur les différents maillons de la culture. Nous ne pouvons pas avoir un marché de l’art sans commencer par l’éducation artistique pour inculquer la pratique culturelle et contribuer à la création d’une cohésion sociale», conclut Mme Benslimane. Pour information, une conférence de presse est prévue le 19 septembre pour détailler les contours du projet «Speakart» qui bénéficie également du soutien de l’ambassade britannique au Maroc.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *