Un timbre-poste spécial dédié à l’industrie sucrière

Un timbre-poste spécial dédié à l’industrie sucrière

La galerie de la Bibliothèque nationale du Royaume a été très embellie, vendredi, par la riche exposition de photos et de timbres-poste aux formes et couleurs diverses. Cette exposition a été organisée par Barid Al-Maghrib et Cosumar sous le thème : «L’agriculture et le sucre». Cet événement s’inscrit dans le cadre de la commémoration du 80ème anniversaire de la création du groupe Cosumar. A cette occasion, Barid Al-Maghrib a émis un timbre-poste spécial intitulé «L’industrie sucrière».
Ainsi, l’émission de ce timbre-poste représente le fruit d’une collaboration consolidée entre Barid Al-Maghrib et Cosumar. Selon les organisateurs : «cette exposition s’assigne pour objectifs de mettre en relief l’importance de la filière sucrière dans l’économie régionale et l’évolution du Maroc dans la production de cette matière».
Pour leur part, les visiteurs de l’exposition ont eu l’occasion de découvrir une collection riche de timbres-poste et de photos retraçant l’histoire contemporaine du sucre au Maroc, qui remonte à 1929 lors de la création de «Cosuma» (Compagnie sucrière marocaine), limitée à l’époque à l’activité de raffinage du sucre brut importé. Actuellement, la filière sucrière contribue au développement de l’économie marocaine à travers les effets induits sur l’agriculture, l’élevage et le transport, voire la promotion d’activités économiques dans les cinq régions agricoles dotées de sites sucriers. Par ailleurs, cet événement a également constitué l’occasion de découvrir la manière avec laquelle le timbre-poste a accompagné, au cours de l’histoire contemporaine du Maroc, l’évolution de l’agriculture et de l’industrie du sucre.
L’exposition a été présidée par Mohamed Fikrat, président directeur général de Cosumar et Ahmed Amin Benjelloun Touimi, directeur général de Barid Al-Maghrib. Dans un discours présenté à l’occasion, M. Fikrat a donné un aperçu sur la filière sucrière contribuant au développement de l’économie marocaine par les effets induits sur l’agriculture, l’élevage et le transport, ainsi que par la promotion d’activités économiques dans les cinq régions du Royaume dotées de sites sucriers. De même, il a mis en exergue les trois métiers de base du groupe à savoir l’extraction, le raffinage et le conditionnement du sucre sous des formes variées.Dans ce cadre, les deux responsables ont procédé, par la suite, à la signature de l’enveloppe premier jour de l’émission.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *