Une équipe de 2M arrêtée par Israël

Les deux journalistes ont été arrêtés, tôt dans la matinée de jeudi, par la police militaire à leur sortie du QG du président de l’Autorité palestinienne, Yasser Arafat, qui venait de leur accorder un entretien. Ils avaient du faire preuve de ruse pour s’infiltrer dans la Mouqataâ (le QG).
Anas Bensalah et Hassan Bouchenni ont été emmenés, les yeux bandés, dans les locaux de l’armée d’occupation, où ils ont été interrogés sur les conditions de vie et le moral du président palestinien, ainsi que de son proche conseiller Nabil Abou Roudeina. Ils ont été relâchés au bout de cinq heures par les soldats, qui ne leur ont pas confisqué les cassettes de l’interview du leader palestinien, leurs sacs n’ayant pas subi de fouille. La deuxième chaîne a, d’ailleurs, diffusé lors de ses différents journaux télévisés des extraits de l’entretien avec Abou Ammar.
Contacté par téléphone depuis Ramallah, Anas Bensalah s’est félicité, sur 2M, de l’énorme élan de solidarité qui s’est déclenché auprès des médias présents dans la ville palestinienne, sitôt leur arrestation connue. Mais au Maroc, le sang des journalistes n’a fait qu’un tour et l’émotion était grande ce jeudi dans toutes les rédactions. Le Syndicat national de la presse marocaine (SNPM) a avisé la Fédération internationale des journalistes (FIJ), l’organisation Reporters sans frontières (RSF) ainsi que le « Comitee to protect journalist ».
De même, le syndicat a adressé des correspondances au ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, ainsi qu’au ministre de la Communication pour leur demander d’intercéder en faveur des deux journalistes. Anas Bensalah n’est pas un inconnu de la scène médiatique nationale. Avant de rejoindre 2M, où il s’est signalé par des reportages d’excellente facture, notamment à la frontière pakistanais-afghane lors des opérations de poursuite des membres du réseau Al-Qaïda, ainsi qu’au sommet arabe de Beyrouth, il a fait ses premières armes à l’agence Maghreb Arabe Presse (MAP), puis à la radio Médi1, avant de retourner à l’agence pour quelque temps. Parallèlement, il a également été le correspondant au Maroc de la chaîne de télévision espagnole « Canal Sur ».
Hassan Bouchenni est l’un des plus anciens mais aussi l’un des meilleurs cameramen de la deuxième chaîne. On lui doit, notamment, les belles prises de vues présentées lors de l’émission « Tahqiq » (« Enquête») préparée par le journaliste Mohamed Khatem.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *