Une exposition du bombardier d’Hiroshima contestée

Une cinquantaine d’opposants et six survivants du bombardement (responsable de la mort immédiate ou non de 230.000 personnes, à la suite des radiations) ont manifesté leur indignation à l’ouverture de l’exposition où trônait l’appareil dans une nouvelle annexe du musée construite à Chantilly (Virginie), en bordure de l’aéroport international Dulles de Washington. Les opposants, à l’origine d’une pétition adressée aux autorités américaines, réclament que l’inscription accompagnant l’exposition fasse état de la tragédie et du nombre de victimes. Deux personnes ont été arrêtées après avoir jeté contre le B-29 un pot de peinture rouge censé symboliser le sang des victimes. Le projectile a légèrement endommagé un des panneaux de la carlingue de l’appareil. « C’est la deuxième fois que je vois l’Enola Gay. La première fois, c’était le 6 août 1945, en train de voler haut dans le ciel », s’est exclamé Minoru Nishino, 71 ans, qui se trouvait à deux kilomètres de l’épicentre de l’explosion, et qui en porte encore les séquelles. Une autre survivante, Tamiko Tomonaga, 74 ans, a déclaré avoir voyagé depuis le Japon pour honorer les victimes du bombardement. Publicité « Nous ne serions pas contre l’exposition de l’avion s’il était mentionné quelle tragédie il a provoqué », a-t-elle déclaré. L’exposition du B-29, condamnée par de nombreux Américains et Japonais, a fait l’objet d’une pétition signée par 25.000 personnes demandant au président américain George W. Bush et aux autorités du musée d’inscrire aux côtés de l’avion le nombre de victimes tuées par l’explosion nucléaire. Or, cette inscription se borne à évoquer les performances de l’appareil et son fait d’armes. « Le 6 août 1945, ce B-29-45-MO construit par Martin a largué la première bombe atomique utilisée dans un combat au-dessus d’Hiroshima (Japon) », affirme-t-elle. Une autre inscription parle « du bombardier le plus sophistiqué de la Deuxième guerre mondiale ».

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *