Une télé sportive dans la course

Une télé sportive dans la course

Une nouvelle chaîne fait son entrée dans le paysage médiatique marocain. Il s’agit d’«Arriadya», classée n°3 sur la liste des chaînes de la Société nationale de la radio et télévision (SNRT). Cette station spécialisée dans les informations sportives, commencera à diffuser ses programmes samedi prochain (16 septembre) sur les satellites Hotbird et Nile Sat. Pour son démarrage, «Arriadya» diffusera ses programmes du lundi au vendredi de 16 heures à  2 heures, et le samedi dimanche de 12 heures à 2 heures. Lors d’une conférence de presse à Casablanca, Fayçal Laraichi,
P-DG de la SNRT a affirmé que cette chaîne sera généraliste et s’intéressera à toutes les disciplines sportives. «Arriadya ne va pas se contenter de livrer de l’information crue, il y aura également pour chaque discipline des magazines, des talks-shows, des reportages et des documentaires», précise Younès El Alamy, directeur de la chaîne. Néanmoins, celle-ci ne négligera pas l’actualité. Deux journaux  télévisés  seront diffusés chaque jour, à 12h30 et à 19h30.  Pour la création de cette chaîne, un budget de 110 millions de Dirhams a été dépensé. «L’investissement a nécessité une enveloppe budgétaire de 50 millions de DH et le budget de fonctionnement hors salaires est de 60 millions», précise Fayçal Laraïchi.
Côté personnel, «Arriadya» devrait embaucher 85 personnes (dont 65% ont moins de 30 ans et 25 % de femmes). Pour l’instant, la chaîne est composée de 15 animateurs et 16 journalistes. La majorité des journalistes professionnels recrutés proviennent de la presse écrite. «Nous n’avons pas voulu débaucher les journalistes de 2M et de la TVM. C’est pour cela que nous avons préféré faire appel à des forces vives de la presse écrite», indique Younès El Alamy.
Une façon pour lui de justifier la démarche suivie par la chaîne en matière de recrutement qui avait suscité beaucoup d’interrogations. Les meilleurs journalistes sportifs de la presse écrite ont été débauchés, chose qui avait été mal perçue par les éditeurs des journaux.
Cette remarque ne gêne cependant pas les responsables d’«Arriadiya» puisqu’ils considèrent que le souci de qualité est légitime. Après la phase de recrutement, les journalistes ont été envoyés en France pour effectuer un stage de remise à niveau à l’Institut national de l’audiovisuel (INA).
En ce qui concerne les productions, 10% des programmes seront produits en externe et 58 % seront réalisés en interne.
La chaîne n’hésitera pas à collaborer avec les fédérations sportives. Celles-ci pourront lui faciliter les prises des contacts avec les sportifs et devront également servir de source d’information pour tout ce qui est des évènements sportifs.
A cause du coût exorbitant de la diffusion analogique terrestre (200 millions DH), les responsables de la chaîne ont préféré avoir recours au satellite. Mais un mois après son lancement, la chaîne sera diffusée via la télévision numérique terrestre (TNT).

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *