Vargas Llosa poursuit son aventure littéraire au Congo de Léopold II

Vargas Llosa poursuit son aventure littéraire au Congo de Léopold II

L’écrivain péruvien Mario Vargas Llosa demeure à 73 ans curieux de tout et amoureux de l’écriture: il achève un roman ambitieux sur les traces de Roger Casement, qui dénonça les atrocités commises dans le Congo de Léopold II au début du XXe siècle. «J’ai été fasciné par la vie si variée et aventurière» de Casement, diplomate britannique et nationaliste irlandais qui défendit aussi les Indiens d’Amazonie et fut pendu pour trahison à Londres en 1916, confie Vargas Llosa à l’AFP dans sa maison du centre de Madrid.
Le livre, sur lequel l’auteur de «La Fête au bouc» travaille depuis deux ans après avoir «découvert» Casement dans une biographie de Joseph Conrad, devrait être publié en 2010 ou 2011. Titre envisagé : «Le rêve du Celte». L’écrivain, plus actif que jamais, a visité l’année dernière la République démocratique du Congo et le mois dernier l’Irlande du Nord pour se «familiariser avec les ambiances, les paysages, les sociétés» qu’il va décrire, «en toute liberté», dans son livre. Casement, né en 1864 à Belfast, était consul d’Angleterre au Congo quand il dénonça le traitement infligé aux habitants de cet «état libre», alors propriété privée du roi Léopold II, avant de devenir colonie belge en 1908. «Il fut un des premiers à voir et documenter la cruauté de cette colonisation: il était en avance sur son temps. Le roman est inspiré de faits historiques», précise Vargas Llosa, qui partage sa vie entre le Pérou et l’Espagne.
Le diplomate britannique prit ensuite fait et cause pour l’indépendance de l’Irlande, alors sous domination anglaise et fut exécuté après avoir tenté d’y introduire des armes achetées en Allemagne.
Vargas Llosa, prolifique auteur de romans, essais et pièces de théâtre, dont le nom est souvent cité pour un Nobel de littérature.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *