Vente aux enchères à Marrakech: Place aux œuvres d’art d’artistes marocains engagés

Vente aux enchères à Marrakech: Place aux œuvres d’art d’artistes  marocains engagés

Dédié aux formes d’art contemporain, ce rendez-vous se donne pour mission première de refléter diverses disciplines qui sont en phase avec notre époque, telles que le dessin, la photographie, les objets détournés, les installations et la peinture.

Avis aux amateurs d’art contemporain ! La CMOOA organisera une vente aux enchères le samedi 30 avril, au Palace Es Saadi de Marrakech. Dédié aux formes d’art contemporain, ce rendez-vous se donne pour mission première de refléter diverses disciplines qui sont en phase avec notre époque, telles que le dessin, la photographie, les objets détournés, les installations et la peinture.

«C’est donc à l’issue d’un travail long et laborieux que les équipes de l’entreprise ont abouti à la sélection de différents artistes engagés dans la réinvention permanente des expressions artistiques marocaines», expliquent à ce sujet les organisateurs. En effet, cette vente est constituée d’un total de 105 lots. Elle donne à découvrir en premier lieu l’œuvre «La Grotte des temps futurs» de Mohammed Kacimi, réalisée en 1993.

«Figure de proue de cette génération d’artistes en quête de renouveau artistique, «la Grotte des temps futurs» semble d’ailleurs être le meilleur indicateur chronologique du grand changement qui s’est opéré sur la scène artistique marocaine au niveau de la conception, l’intellectualisation et la transformation de l’objet artistique». Parmi les œuvres phares de la vacation, l’œuvre intitulée «Ceux qui savent et ceux qui ne savent pas» (lot 46) de Mounir Fatmi. Il s’agit d’une composition monochromatique reflétant une légèreté visuelle favorisée par les subtils jeux d’ombres et de lumière auxquels se livre l’artiste.

Elle sera proposée à partir de 750.000 DH. Autre œuvre représentative de cette vacation, «Le Baiser» (lot 54) de Faouzi Laatiris. Il s’agit d’une installation constituée de divers matériaux estimée à 380.000 DH. La vente propose ainsi l’œuvre «Sans salaire» (lot 49) de Mustapha Akrim. Il faut dire que cet artiste explore de nouvelles formes d’expression artistique au Maroc. Son œuvre témoigne de son habileté à transformer du texte en pièces calligraphiées dont le minimalisme n’enlève rien à la force du message. Il a été mis à prix à 50.000 DH par la maison de vente casablancaise. Sera également proposé à cette vacation, le flipper customisé par Mohamed Fariji (lot 60). Il sera proposé à partir de 120.000 DH.

La Franco-algérienne Zoulikha Bouabdellah sera, quant à elle, représentée par l’installation murale «Love –Yellow To Blue» (lot 51) où l’artiste se plaît à outrepasser la censure quasi systématique qui entoure le sentiment amoureux dans le monde arabe à travers une variation autour du mot «amour».

Elle sera proposée à partir de 220.000 DH. Deux œuvres viendront également rendre compte de la pratique artistique pluridisciplinaire de Mohamed Arejdal : la première, Jami’â El Ittijahat (lot 53), à travers laquelle l’artiste explore les relations qui nous unissent à l’Autre sera proposée à partir de 110.000 DH. Alors que la seconde, «Valise 1948» (lot 58), dont l’idée lui avait été inspirée par un séjour à Amman qui le place aux premières loges de la question palestinienne, sera proposée à partir de 80.000 DH. Prévue le samedi 30 avril, cette vente aux enchères promet d’être disputée.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *