Vente aux enchères de la CMOOA : Les années 60 à l’honneur

Vente aux enchères de la CMOOA : Les années 60 à l’honneur

La compagnie célèbre ses 15 ans d’existence

La Compagnie marocaine des œuvres et des objets d’art (CMOOA) organisera, jeudi 22 décembre 2016, sa prochaine vente aux enchères. Une cinquantaine d’œuvres d’art rares de qualité exceptionnelle y seront dévoilées.

Devenue le rendez-vous incontournable des amateurs et des collectionneurs d’art marocains et étrangers, cette vente sera marquée par la présence de deux ensembles artistiques très importants. Une manière pour la CMOOA de célébrer sa 15ème année d’existence ainsi que sa 56ème vente aux enchères. Cette vente verra la présence d’artistes européens qui ont éprouvé une vraie fascination pour le Maroc ainsi que la présence d’artistes pionniers marocains qui ont façonné l’histoire de l’art de notre Royaume. Les années 60 seront mises à l’honneur car c’est à cette époque que les artistes marocains se sont arrimés à la dynamique artistique mondiale de l’époque.

Cette vente aux enchères signera aussi le grand retour de Jacques Majorelle et Edouard-Edy Legrand en vente publique après une longue absence due à la grande rareté de leurs œuvres. «L’abreuvoir d’Anemiter» de 1941 donne à voir toute la maîtrise graphique de Majorelle, tandis que l’œuvre «Ahouach» d’Edy Legrand permettra de découvrir la grande école expressionniste du XXème siècle.

Ahmed Ben Driss Yacoubi, Jilali Gharbaoui, Mohamed Melehi, Mohamed Romain Ataallah, Mohamed Hamidi, Abdelkrim Ghattas, Farid Belkahia et Mohamed Kacimi représenteront les artistes nationaux qualifiés de pionniers de l’art marocain, notamment à travers leurs recherches emblématiques.

Ahmed Ben Driss Yacoubi sera représenté par son chef-d’œuvre «Portrait of Lady Blue». Etant une de ses plus importantes recherches de l’artiste Ahmed Ben Driss Yacoubi, il aura fallu 5 ans à la CMOOA pour convaincre son propriétaire de la vendre. Occupant une place fondamentale dans l’histoire de l’art plastique marocain, Jilali Gharbaoui figurera dans cette vacation avec deux gouaches sur carton datées de 1955 et 1965. Deux céramiques inédites réalisées entre 1963 et 1965 seront, elles aussi, soumises à l’appréciation du public. Expérience originale, elles prouvent l’intérêt de l’artiste à explorer de nouveaux territoires artistiques, très en avance sur son époque.

Ahmed Cherkaoui, un autre précurseur de la peinture moderne marocaine, sera présent avec une œuvre très rare datée de 1962 et qui sera dévoilée pour la première fois au public. Provenant de la collection de l’un de ses premiers amateurs, elle est réellement une œuvre majeure qui marque la transition entre sa période dite de «Varsovie» et ses recherches sur le signe.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *