Victoire des tenants de la diversité culturelle

Victoire des tenants de la diversité culturelle

La prochaine entrée en vigueur de la convention de l’Unesco sur la diversité culturelle «est une grande victoire» pour les pays du Sud, a déclaré mardi le secrétaire général de l’Organisation internationale de la francophonie, Abdou Diouf, en appelant les pays qui ne l’ont pas encore fait à ratifier ce texte.
Il s’est également félicité du "rôle d’avant-garde" de la Francophonie, car la majorité des pays qui ont ratifié la convention sont des pays francophones.
L’entrée en vigueur, dans trois mois, de cette convention est «une grande avancée pour les Etats et gouvernements membres de la francophonie, en particulier pour les artistes, les institutions et les industries culturelles des pays du Sud», a dit le secrétaire général de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF).
«La mobilisation internationale ne doit pas s’arrêter à cette première victoire», a dit dans un communiqué M. Diouf, qui a appelé à ce que la ratification soit «la plus large possible». «Ce texte est la preuve que la culture n’est pas une marchandise comme les autres», a-t-il dit.
Pour sa part, la Commission européenne a salué mardi la ratification de cette convention qui, a-t-elle indiqué, «constitue le fondement d’un nouveau pilier de gouvernance mondiale en matière culturelle et sa ratification ouvre la voie à l’intensification de la coopération culturelle sur le plan international, notamment par l’échange des idées et bonnes pratiques des politiques publiques menées en faveur de la diversité culturelle». Le président de la Commission, José Manuel Barroso, et le commissaire Jan Figel (Education et Culture) accompagnés de la ministre de la Culture finlandaise, Tanja Saarela (présidence du Conseil), ont célébré cette ratification mardi avec les ministres de la Culture de l’UE, des représentants de la société civile et des artistes venant de toute l’Europe au Palais des Beaux-Arts, à Bruxelles. Bien que la convention n’altère en rien les accords de l’OMC, elle oblige les parties à tenir compte des objectifs de diversité culturelle lors de l’interprétation et de la mise en oeuvre de leurs obligations commerciales.
Le texte a pour objet principal d’affranchir les diverses "expressions culturelles" des règles régissant le commerce international, faisant ainsi de la culture une exception pouvant être subventionnée par les Etats. Ces derniers en ont conclu que la protection de la diversité culturelle pourrait être utilisée comme système de défense dans le cadre des différends commerciaux. Ils ont donc combattu ce texte, craignant qu’il ne représente une entrave aux ventes de films et de musiques et annoncé, après le vote écrasant à l’Unesco, qu’ils agiraient pour empêcher sa ratification et, à défaut, son utilisation abusive.   Quatorze Etats membres ou associés de l’Union européenne ont ratifié lundi cette convention, portant à 35 le nombre total de ratifications et permettant ainsi l’entrée en vigueur, dans trois mois, de ce texte, voté par l’Unesco en octobre 2005.            

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *