Volubilis aux couleurs de la Méditerranée

Volubilis aux couleurs de la Méditerranée

Si vous n’avez pas encore visité Volubilis, eh bien voici venue l’occasion de rattraper le retard. Le Festival international de Volubilis aura lieu du 12 au 17 juillet. Cette année, on n’attendra pas le mois d’août pour célébrer la culture de la Méditerranée et cela n’a rien à voir avec le hasard : «Le mois d’août coïncide avec les vacances de la majorité. Nous avons donc pensé qu’il serait opportun d’avancer la date pour être plus près du public et lui permettre de venir assister à ce festival», explique le directeur de l’événement Issa Ikken.
Un festival pour tous, seule la culture en détient le secret que compte nous dévoiler Volubilis. L’Espagne, le Portugal, l’Italie, l’Egypte, l’Algérie, la Tunisie et le Maroc feront de cette cité romaine la capitale de la Méditerranée. Plus de 200 artistes se relayeront pour partager leur passion pour la musique, le chant et la danse. Place à l’Orchestre philharmonique marocain pour l’ouverture de ce voyage intemporel qui sera poursuivi par des airs de flamenco venu d’Andalousie. Une grande soirée espagnole où se mêlent rythmique et harmonique vous emmènera à la découverte des origines d’un folklore populaire conservé depuis plusieurs siècles. Richesse culturelle encore et toujours, le festival consacre une soirée purement marocaine le samedi 14 juillet. Ce sera le podium des stars nationales, dont les chansons sont désormais fredonnées par l’ensemble des Marocains, comme Bachir Abdou ou encore Hayat El Idrissi. 
Dimanche, ce sera autour de l’Italie et du Portugal de faire escale au festival. Des spectacles de danses et de chants locaux vous raconteront l’histoire d’un patrimoine. «Nous avons, également, programmé une soirée entièrement maghrébine, le lundi 16 juillet, dans laquelle se produiront Nadia Ben Yessef, Lotfi Bouchnak et Karima Skalli», indique M. Ikken. Le Maghreb met son art au service du rapprochement auquel ne parvient pas toujours la politique. Aux côtés des concerts animés par les artistes, le festival propose aussi des fusions de musique andalouse co-réalisées par des orchestres algériens et marocains.
Pour la clôture de l’événement, les projecteurs seront dirigés vers l’Egypte. Evasion assurée par l’ensemble des arts populaires qui vous emportera en croisière sur le Nil. Vous n’aurez pas besoin d’une carte pour cela, mais de vous laisser guider tout simplement par les voix voluptueuses et les vibrations de la musique égyptiennes.
«Nous avons essayé de varier le programme afin de représenter le bassin méditerranéen dans son ensemble», tient à souligner le directeur pour qui l’identité de ce festival est désormais chose acquise. «Arrivé à sa huitième année d’existence, cet événement est à présent considéré comme l’un des plus importants que compte le Maroc. Nous recevons, chaque année, de plus en plus de demandes de participation et cela prouve l’intérêt qu’occupe ce festival dans l’activité culturelle», estime-t-il.
Le Festival de Volubilis, dont le coût avoisine 1,7 million de dirhams, compte donc poursuivre son chemin. La continuité s’impose en reconnaissance du mérite malgré le parcours du combattant que cela nécessite pour mobiliser les moyens nécessaires. «Les autorités et les élus doivent prendre conscience de l’intérêt que joue le festival non seulement en tant qu’activité culturelle, mais surtout en tant que vecteur du développement touristique et économique. Volubilis reçoit le plus grand nombre de touristes en période de l’événement. Pourtant, les autorités locales ne nous apportent pas leur aide», confie M. Ikken. Projet commun, la culture a bien besoin de tous. 

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *