Voyage au cœur de la lagune de Dakhla

Voyage au cœur de la lagune de Dakhla

La baie de Dakhla, paradis des pêcheurs et des surfeurs, a à ce point inspiré Leila Slimani qu’elle a décidé de consacrer à ce site fascinant de beauté, un beau livre, «La baie de Dakhla. Itinérance enchantée entre mer et désert», paru chez Malika Éditions. Cet ouvrage vient ainsi enrichir la collection «Histoire et société du Maroc saharien», mise en place par l’Agence du Sud, et dédiée à la promotion et à la valorisation des provinces du Sud du Royaume.

Le livre en question compile une série de photos, signées  Cécile Tréal et Jean-Michel, qui immortalisent le site de Dakhla, sa lagune, ses plages sauvages, ses femmes, ses hommes ou encore, ses traditions… Leila Slimani nous livre ici son carnet de voyage, issu de sa rencontre avec cette ville du désert et son fabuleux territoire.

«Au cours de mes  déambulations, je comprendrais bien vite que la baie est le cœur battant de la ville de Dakhla, la source de son énergie et de son dynamisme, le ferment de son attractivité et de sa tradition d’accueil», peut–on lire dans l’ouvrage. Après une brève immersion dans l’histoire de Dakhla, Leila Slimani subjugue la beauté de la baie de Dakhla et détaille ses paysages sauvages, sa dune blanche, son village de pêcheurs…

Sans oublier le mythique Aéropostal, incarné par la figure de Saint-Exupéry. «Dakhla devient une étape entre Casablanca et Dakaren 1925. De nombreux pilotes  y firent escale, dont Jean Mermoz ou Antoine de Saint–Exupéry». Dans la deuxième partie de son ouvrage, Leila Slimani s’attache à décrire l’hospitalité des habitants de Dakhla, leur mode de vie ainsi que les arts ancestraux pratiqués par ses artisans. «Il suffit de pénétrer dans une maison dakhlaouie pour être touché par cette grâce. On ôte ses chaussures, on prend place sur le sol recouvert de tapis et de nattes».

Enfin, la dernière partie de ce beau livre met en lumière l’importance de l’aspect écologique de la baie de Dakhla «Son écosystème repose sur un équilibre précaire que toute activité humaine risque de compromettre, en consommant ses ressources ou en créant une pollution qui peut affecter les espèces vivantes et le milieu naturel», écrit l’auteur. 

«La baie de Dakhla. Itinérance enchantée entre mer et désert» est un voyage au cœur de la lagune, le récit d’une rencontre avec des lieux mystérieux, un livre qui incarne l’émotion ressentie face à un espace relativement préservé de l’agitation du monde et des hommes. Enfin, c’est aussi un plaidoyer pour que la baie de Dakhla puisse conserver son authenticité et que le bien-être des générations futures y soit préservé.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *