Voyage au coeur de la casbah de Taourirte

Voyage au coeur de la casbah de Taourirte

Classée patrimoine mondial de l’Unesco, Taourirte est une ancienne résidence de l’ancien pacha de Marrakech (dit Le Glaoui). Ce lieu cache derrière lui une histoire riche reliant les tribus des Glawa.  L’ensemble architectural de Taourirte se niche sur une colline au centre urbain de la ville de Ouarzazate. Cette bâtisse construite entièrement en terre fait partie du village communautaire du même nom. Ils occupent une position stratégique au confluent de deux fleuves importants, Assif Dadés et Assif Idermi (oued Ouarzazate) formant ainsi le Draa.  Ils sont également situés à la croisée des passages caravaniers anciens.
Actuellement le bâtiment est largement fréquenté  dans la mesure où il est situé au cœur d’une ville touristique connue mondialement par ses studios de cinéma et ses paysages naturels sans oublier sa diversité socioculturelle.
«C’est le seul monument qui peut être fréquemment visité de l’intérieur, c’est un lieu impressionnant notamment pour les touristes. Et avec le manque de distractions dans la ville, y sont, donc, organisées plusieurs manifestations folkloriques en l’occurrence Ahwash, Ahaidouss qui peuvent attirer beaucoup de touristes», indique un guide sur place. L’histoire du Ksar est étroitement liée à celle de la casbah, cependant elle demeure peu connue. Les informations signalées dans certains ouvrages ne permettent pas de déterminer avec précision les différentes phases de cette histoire. Conformément à la tradition orale, la casbah de Taourirte aurait été édifiée au 17ème siècle. Son extension et son remaniement seraient l’oeuvre de Hmmadi Glaoui (l’un des plus célèbres pachas marocains) représentant de son frère Madani (1882), lui même chef de Telouet ayant assuré la succession en 1876. En plus d’une intégration harmonieuse au sein de l’environnement du village Taourirte, la casbah obéit à des valeurs socioculturelles en tant qu’image reflétant le génie des constructeurs.
Le plan original de la casbah a été chamboulé et ses espaces nivelés par l’usure du temps, de l’histoire et des hommes. Seules quelques parties témoignent encore de la grandeur de cette bâtisse. «C’est une casbah gigantesque, elle m’a donné l’occasion de revivre l’histoire marocaine  notamment au sud -est du Royaume, et connaître  les anciens habitants de la ville de Ouarzazate», s’extasie Natalia, une touriste française. Monument classé patrimoine national depuis 1953, la casbah de Taourirte est scindée actuellement en quatre partites, à savoir la partie sud-est occupée par le Centre de conservation et de réhabilitation du patrimoine architectural atlasique et Subatlasique. Elle offre certains services comme la restauration avec des équipements administratifs (direction et administration, bureaux, locaux    techniques, magasins pour entrepôt, une salle polyvalente), des espaces d’expositions…
La partie nord-est restaurée en 1996 est livrée à la curiosité des visiteurs, la partie est dite «Stara»  qui reste sans entretien. Elle appartient à des personnes physiques dont des héritiers de l’ancienne tribu Glawa qui souffre malheureusement de multiples problèmes  à savoir l’eau et le chômage, ils sont désormais parmi les plus pauvres habitants de la ville dont la majorité d’entre-eux travaillent en tant que figurants dans les films qui sillonnent la province. «Les parties qui ne sont pas achetées par la municipalité restent à l’abandon carrément mais malheureusement, il n’y a pas suffisamment d’entretien, la pluie par exemple provoque des infiltrations qui influencent quelques parties qui sont actuellement en dégradation, nous demandons a la municipalité de faire attention à ces toits et les entretenir car son entretien est indispensable pour le développement de la ville», nous déclare Hamid,figurant occasionnel, l’un des habitants de la «Stara».
En dépit de ces problèmes, la casbah de Taourirte reste un monument hors commun. Ses valeurs esthétique et monumentale ont été déjà décrites dans un ouvrage de Henri Terrasse, directeur de l’Institut des hautes études marocaines depuis 1941, auteur d’une thèse de Doctorat intitulée L’art hispano-mauresque des origines au Xlllème siècle qui dit dans une partie de son livre: «le joyau de cette région est la casbah de Taourirte du Ouarzazate. Sa célébrité ne lui vient pas seulement de ce qu’elle est une des premières grandes architectures berbères que rencontre le voyageur venant de Marrakech: elle vaut à la fois par sa masse énorme et par le pittoresque sans cesse renouvelé de ses aspects de détail».

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *