Welcome : Le drame de l’immigration clandestine

Welcome : Le drame de l’immigration clandestine

Chaleureusement accueilli début février, à la Berlinale qui l’a sélectionné dans sa section Panorama, «Welcome» met en scène Vincent Lindon dans le rôle de Simon, un ex-champion de natation devenu maître nageur. Rendu dépressif par son divorce, Simon s’attache à Bilal (Firat Ayverdi, révélation du film), un adolescent irakien qui a traversé le continent pour rejoindre sa petite amie Mina (Derya Ayverdi), émigrée à Londres. Arrivé à Calais, Bilal a échoué dans sa tentative de passer la Manche caché dans un camion de marchandises. Car une phobie l’empêche de se couvrir la tête du sac en plastique grâce auquel les immigrants déjouent les contrôles de la police, qui mesure le gaz carbonique rejeté dans l’air. Il décide alors de traverser la Manche à la nage, un dangereux périple que Simon, qui lui donne des leçons de natation, veut le dissuader d’entreprendre. Touché par la détermination du jeune homme et désireux de ne pas sembler lâche aux yeux de Marion, son ex-femme (Audrey Dana), Simon ouvre les yeux sur la brutale réalité du sort des immigrants clandestins et le racisme ordinaire. « Welcome » fait la lumière sur les risques pris par les clandestins déterminés à tout pour gagner la Grande-Bretagne et sur leurs conditions de vie précaires depuis la fermeture du camp de Sangatte, fin 2002. Lioret montre aussi l’attitude ambigüe des autorités françaises qui tolèrent l’aide apportée par les ONG aux migrants, mais appliquent une législation qui sanctionne tout citoyen ayant hébergé une personne en situation irrégulière. Les acteurs principaux de « Welcome » livrent une délicate partition : Vincent Lindon qui a pris du poids pour incarner un rôle écrit pour lui, Audrey Dana et Firat Ayverdi, un jeune Français d’origine kurde, acteur débutant de 18 ans repéré en casting, dont c’est le premier long métrage. Connu pour son polar « Je vais bien, ne t’en fais pas» ou ses comédies «Tombés du ciel» et «Tenue correcte exigée », Philippe Lioret fait, avec ce film subtil et d’une grande justesse, des débuts très réussis dans le cinéma social. Admirateur du cinéma des frères Dardenne, le réalisateur a affirmé avoir pensé à deux films de Ken Loach, «Raining Stones» et « Riff Raff », en écrivant «Welcome », sans vouloir pour autant reproduire les codes du cinéma social. Avec les co-auteurs du scénario, Olivier Adam et Emmanuel Courcol (déjà son co-auteur sur « L’Equipier» et «Je vais bien, ne t’en fais pas»), Lioret a enquêté pour ce film pendant plusieurs semaines à Calais, auprès des migrants et des associations qui s’efforcent de leur venir en aide.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *