Zineb Taimouri : «Caftan est devenu un label et une marque à part entière»

Zineb Taimouri : «Caftan est devenu  un label et une marque à part entière»

Questions à Zineb Taimouri, Directrice de la publication du  magazine Femmes du Maroc

ALM : Quelle est la nouveauté de cette édition ?

Zineb Taimouri : Cette année nous célébrons la 23ème édition. Cela prouve que l’événement a gagné en maturité. Il a fait du chemin. La particularité c’est qu’il est devenu un label et une marque à part entière. Aujourd’hui c’est un produit qui est parfaitement exportable, c’est ce qui fait sa force. L’événement Caftan a gagné en professionnalisme et maturité. Il n’a plus rien à envier aux plus grands podiums internationaux que ce soit la Fashion week ou autres. Aujourd’hui on considère avec toute modestie que nous disposons de tous les moyens en termes de savoir-faire pour être à la hauteur des plus grands podiums internationaux. C’est aussi le seul événement au Maroc qui arrive à rassembler autant de stylistes et d’artistes. Au-delà du fait que ce soit un défilé, c’est un show qui rassemble la mode, la danse, le chant, etc. C’est donc une concentration artistique très forte.

Comment Caftan arrive-t-il à préserver sa place pionnière au moment où d’autres événements naissent ?

Nous sommes contents et fiers qu’il y ait autant d’engouement et de foisonnement d’événements qui naissent en marge de Caftan. Nous n’avons pas la prétention de dire que nous sommes les meilleurs. Après, c’est le podium qui en juge. Cela prouve le fait qu’il y ait de la concurrence, que ce n’est pas déloyal, c’est plutôt une force parce que nous avons un raisonnement en termes d’artisanat marocain. Les principes de base de Caftan ce sont d’initier les jeunes talents, d’être le prescripteur de la mode mais aussi d’être principalement une belle vitrine pour le Maroc et l’artisanat.

Il n’y a qu’un seul homme dans la sélection des stylistes. Pourquoi ?

C’est venu parfaitement de manière spontanée. On a toujours eu au moins quatre ou cinq hommes. Il se trouve que cette année on a au moins un niveau qui était particulièrement élevé chez les femmes. La sélection s’est faite naturellement. Ce n’est pas prémédité. C’est par rapport aux dossiers que nous avons reçus. Ce n’est pas un métier réservé aux femmes.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *