Zoom sur les grands courants artistiques

Zoom sur les grands courants artistiques

L’espace culturel de la Société Générale de Casablanca accueille une nouvelle exposition intitulée «Une collection, quatre regards». Ouverte aux amateurs d’art à partir du 19 mars, cette exposition de grande envergure présente les quatre grands courants artistiques : orientaliste, les arts singulier, moderne et contemporain.

«L’objectif fondamental de cette exposition est d’exposer les quatre regards essentiels qui structurent non seulement les œuvres de cette collection, mais aussi l’ensemble de la création plastique au Maroc où, dans un même temps, différentes visions artistiques et sensibilités créatrices peuvent coexister», explique dans ce sens Mohamed Rachdi, commissaire de cette exposition. En effet, à travers cette exposition le public sera invité à percevoir les différentes visions et sensibilités créatrices constitutives de la production artistique. À commencer par le courant orientaliste, celui-ci est représenté par plusieurs artistes, notamment Jeronimo Muniz, Shmidt François Luis, Jacques Majorelle, Bellenot Félix, Durel Gaston, Pilot Albert et autres.

«Du 19ème siècle à nos jours, ces générations de créateurs orientalistes ont développé trois types de sensibilités et de regards : le romantique, le naturaliste et le moderne». Quant au courant singulier, il est représenté par une génération d’artistes peintres qui développent des pratiques artistiques spontanées ou singulières, à l’instar d’Aït Youssef Said, Ben Ali Rbati, Gbouri Fatna, Maimoun Ali, Saladi Abbes… «Ces artistes qui œuvrent loin des normes esthétiques convenues évoluent sans prétention culturelle ni démarche intellectuelle basée sur l’acquisition d’une culture et d’un savoir-faire académiques».

L’exposition donne à découvrir également les artistes inscrits dans le courant moderne, notamment Jilali Gharbaoui, Fouad Bellamine, Farid Bekahia ou Ahmed Charkaoui. «Ces artistes se proposent de réformer non seulement la création, mais aussi le regard sur l’art et la culture ainsi que la sensibilité artistique, considérés par eux comme étant victimes de l’idéologie colonialiste (eurocentrisme, folklorisme, exotisme…). Ils s’en prennent alors aux deux formes d’art soutenues par les milieux coloniaux : la peinture orientaliste et celle dite «naïve»». Enfin, le courant contemporain est représenté par de jeunes créateurs marocains ou originaires du Maroc. Ils proposent des œuvres où interfère une pluralité de références de provenances diverses. Parmi ces artistes, il y a lieu de citer Alaoui Karim, Benkirane Brahim, Bourkia Hassan, Mahi Binebine, Rim Laabi ou Zemmouri Fatiha.
 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *