Casablanca-Settat mise sur les coopératives agricoles : 1.250 à créer d’ici 2023

Casablanca-Settat mise sur les coopératives agricoles : 1.250 à créer d’ici 2023

La nouvelle configuration entrepreneuriale en marche à Casablanca-Settat

Vecteur de développement régional, les coopératives ont joué un rôle important dans l’insertion socio-économique d’une large population. Elles sont considérées comme étant le noyau dur de l’organisation de l’agriculture. En effet, le secteur agricole a profité pleinement de cette dynamique qui est venue promouvoir le savoir-faire du petit agriculteur et diversifier l’offre sur le marché national et international. C’est en capitalisant sur ces acquis, consolidés par les dispositions du Plan Maroc Vert sous sa composante «agriculture solidaire» (pilier II) que le Maroc a tracé une nouvelle configuration du travail coopératif axée sur l’entrepreneuriat.

C’est d’ailleurs cette orientation qui a été placée au cœur du débat du Forum national sur les organisations professionnelles agricoles qui s’est tenu en marge du Salon régional des produits du terroir, dont les travaux prendront fin ce samedi 13 juillet à El Jadida. Cette rencontre, initiée par l’Office national du conseil agricole (ONCA), a permis de débattre du rôle des coopératives entrepreneuriales et de services en tant que levier pour la création d’emploi et l’amélioration du revenu en milieu rural. L’occasion étant également pour la direction régionale de Casablanca-Settat, hôte de l’événement, de dévoiler ses ambitions dans ce sens. Abderrahmane Naïli, directeur régional de l’agriculture, a évoqué dans ce sens un objectif de 1.250 coopératives agricoles à créer au niveau de Casablanca-Settat à l’horizon 2023. «Les coopératives sont appelées à s’inscrire dans une nouvelle vision qui place l’entrepreneuriat et les services au cœur de ce secteur en vue de contribuer davantage au développement économique et social du Royaume et créer plus d’emplois», a-t-il souligné à ce propos. M. Naïli a insisté sur la rentabilité de ces groupements. Une performance qui les dotera d’autonomie financière et productive et leur permettra de mener à bien cet élan de transformation.

Il est à noter que la tutelle a lancé une série de programmes pour accompagner le tissu coopératif dans cette transition. Il est à noter que le ministère de l’agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts a engagé ces dernières années la réflexion en concertation avec l’ensemble des acteurs du secteur pour penser un nouveau modèle permettant de pérenniser l’action coopérative agricole au Maroc. D’où la nécessité de réinventer un nouveau business model de ces groupements «solidaires». La nouvelle configuration porte le  fonctionnement entrepreneurial de la coopérative. Les coopératives devraient ainsi fonctionner comme des entreprises à part entière dotées d’autonomie et de personnel qualifié avec l’obligation de tenir régulièrement des assemblées générales.

Cette nouvelle organisation facilitera aux coopératives l’accès aux marchés et permettre de fructifier les partenariats public-privé. Pour rappel, la redynamisation et la création des coopératives agricoles entrepreneuriales viennent répondre à l’objectif d’organiser les 750.000 agriculteurs en coopératives agricoles, Unions de coopératives agricoles et Groupements d’intérêt économique (GIE) d’ici 2020. L’adoption de cette approche placera le Maroc parmi les pays pionniers au niveau continental et permettra aux petits producteurs de surpasser les problèmes liés à la commercialisation et l’accès au financement.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *