1 milliard de dirhams pour le foncier 2013 : La CGI compte mettre le paquet sur le social

1 milliard de dirhams pour le foncier 2013 : La CGI compte mettre le paquet sur le social

«La CGI n’est pas une entreprise opportuniste», a déclaré son directeur général jeudi à Rabat au cours d’une conférence de presse. Parce que ces propos pouvaient intriguer, un jour de célébration de 53ème anniversaire, Mohamed Ali Ghannam a précisé que comme un demi-siècle d’existence l’atteste, la CGI s’emploie à inscrire son action dans la durée et le pérenne. L’entreprise s’est également inscrite en faux contre les informations qui la disent dans une passe délicate. Certes, le trend de sa croissance a pris du mou dernièrement, mais globalement les comptes d’exploitation sont restés bons en 2012. Mieux, ils promettent de nettement s’améliorer cette année où «une bonne moisson devrait doper la demande domestique». En attendant cette embellie dans laquelle elle croit dur comme fer malgré un contexte difficile, la CGI annonce que son chiffre d’affaires consolidé est en béton et qu’il a enregistré une progression de 13% en ressortant à 3 milliards de dirhams. Conséquence : le résultat d’exploitation s’est établi à 481 millions DH, faisant apparaître un résultat net social de 458 millions DH, montant qui est lui-même en augmentation de 4% par rapport à son niveau de 2011. Mais, bémol dont Ali Ghannam ne s’est pas caché : le résultat net part du groupe (RNPG) a baissé de 16%. Une explication a été fournie à cela : le glissement vers le 1er semestre 2013 du chiffre d’affaires prévu par les filiales Dyar Al Mansour (logement social) et Al Manar (Casablanca- marina), ainsi qu’une méforme de la contribution des structures comptabilisées en mise en équivalence. Une question de passation d’écritures, serait-on tenté de dire si la CGI ne convenait pas qu’il y a eu effectivement friction. Cependant, indiquent les comptes de la société, l’investissement a fait montre de résilience puisque «les investissements du groupe se sont appréciés de 20% sur l’année 2011». Les responsables du groupe avancent que c’est là «un effort louable consenti aussi bien au niveau de la CGI qu’à celui de ses filiales et notamment Dyar Al Mansour qui porte le développement du logement social». D’après leurs déclarations, il apparaît en effet nettement que le logement social sera l’un des axes de croissance privilégiés de l’entreprise au cours des années à venir. Le groupe s’y est du reste engagé résolument en concluant des alliances avec l’un des deux grands opérateurs nationaux. Mais surtout, en prévoyant dès cette année une enveloppe d’un milliard de dirhams dédiée à l’acquisition du foncier. Car la société veut renouveler son portefeuille en en  accroissant la surface d’un million de mètres carrés et en achevant des projets-phares comme ceux confiés à Dyar Al Mansour et Al Manar.
En sorte que s’appuyant sur un exercice 2012 de bonne facture et sur les perspectives d’une année 2013 qui s’annonce sous de bons auspices, la CGI reste confiante, a dit son DG. Tant et si bien que son conseil d’administration a décidé de soumettre à l’approbation de la prochaine assemblée générale des actionnaires qui se tiendra le 9 mai le versement d’un dividende de 19 DH par action. Projet qui, suivant la réponse d’Ali Ghannam à une question d’ALM sur la décote de l’action de la CGI en Bourse et ses conséquences probables sur le business plan de l’entreprise, devrait contribuer à rétablir la vérité des faits. Il a en effet estimé que les variations de la cote de l’action du groupe ont suivi le mouvement général du Masi et qu’aujourd’hui elle est en train de s’apprécier. En réponse à une autre question sur les perspectives des relations financières entre la CGI et la CDG à la suite «d’indiscrétions» faisant état de difficultés de cette dernière, il a qualifié ces informations de dénuées de fondement en précisant «qu’à supposer que ce fut vrai – ce qui n’est absolument pas le cas, encore une fois!- cela ne changerait rien au fait que la CGI se suffit à elle-même et qu’en matière de flux financiers, c’est plutôt elle qui fait remonter des dividendes vers la CDG».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *