1er mai : Manifestations dans plusieurs pays en Asie

1er mai : Manifestations dans plusieurs pays en Asie

Des manifestations de dizaines de milliers de personnes se sont déroulées dimanche 1er mai dans plusieurs pays d’Asie, qui affichent pour la plupart des économies robustes, mais de grandes inégalités, sur fond de hausse des prix des produits alimentaires. À Hong Kong, quelque 4.000 personnes ont manifesté, selon les organisateurs, pour protester notamment contre la hausse des prix alimentaires et des loyers. Le 1er mai est aussi le premier jour de l’entrée en vigueur du salaire minimum dans ce territoire appartenant à la Chine. Les autorités l’ont fixé à 28 dollars de Hong Kong par heure (2,43 euros) après des années de négociations avec les représentants des travailleurs et des employeurs. Les syndicats ont salué l’instauration de ce premier salaire minimum, en soulignant cependant qu’il n’était pas suffisant pour faire vivre une famille. Hong Kong, ancienne colonie britannique rendue à la Chine en 1997, bénéfice d’un régime semi-autonome. Le territoire de 7 millions d’habitants abrite des tycoons milliardaires, dont les groupes couvrent tous les secteurs de l’économie, de l’immobilier à la gestion portuaire. Mais il est aussi le pays de centaines de milliers de travailleurs, qui gagnent moins de 1,50 euro par heure. «Nous sommes entrés dans des eaux inconnues à Hong Kong en matière de développement social», a noté Matthew Cheung, ministre du Travail et du Social, dans un communiqué, à propos du salaire minimum. Aux Philippines, des milliers de personnes ont manifesté contre la politique d’émigration du gouvernement et demandé une hausse des salaires, sur fond d’envolée des prix des produits de première nécessité. Quelque 10% de la population, soit 9 millions de Philippins, travaillent à l’étranger et l’argent qu’ils renvoient fait vivre une bonne partie du pays. «Depuis plusieurs années, le gouvernement organise des foires aux emplois le 1er mai. Mais alors pourquoi toujours autant de Philippins prennent-ils le risque de partir travailler à l’étranger?», a demandé Vencer Crisostomo, président de l’organisation Anakbayan. «C’est parce que ces foires ne résolvent pas le problème des faibles salaires dans ce pays». A Séoul, en Corée du Sud, plus de 50.000 manifestants ont réclamé une meilleure sécurité de l’emploi et des hausses de salaires.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *