+ 28,7 % en 2007 pour les concours à l’économie

+ 28,7 % en 2007 pour les concours à l’économie

La banque centrale vient de publier sa dernière analyse des statistiques monétaires relatives au mois de décembre 2007. Dans ce contexte, la banque met en avant une hausse de l’agrégat de monnaie au sens large, M3, de l’ordre de 2,7%. Cela est d’ailleurs en relation avec «l’effet de l’expansion des crédits à l’économie de 4,4%», indique cette source. A contrario, les réserves de change de l’institution en question se sont inscrites en baisse de 0,6%, alors que les créances nettes sur l’Etat ont affiché un repli de 3,9% «imputable à la diminution des recours du Trésor aux banques», souligne la banque centrale.
Par ailleurs, cette analyse souligne que l’évolution affichée par l’agrégat M3 s’est notamment reflétée sur le volet de la monnaie scripturale et de la circulation fiduciaire qui se sont améliorées, de manière respective, pour 3% et 4,2%, et «dans une moindre mesure, des placements à vue et à terme de 1,3% et de 1,1%», indique-t-on. Dans un contexte global, à l’issue de l’année 2007, les concours à l’économie ont bondi de 28,7%, au moment où les avoirs extérieurs nets ont terminé l’année sous le signe d’une progression de 9,3%. Pour leur part, les créances nettes sur l’Etat se sont appréciées de 2,7%, sous l’effet de la diminution de la position nette du Trésor auprès de Bank Al-Maghrib de 5,2 milliards et à la baisse de ses recours aux banques de 3,8 milliards. Cette évolution des sources de création monétaire s’est traduite par un accroissement de 16% de l’agrégat de monnaie M3, au lieu d’une progression de 17% une année auparavant. Se projettant plus en arrière, rappelons que l’agrégat M3 avait fléchi, en novembre 2007, de 0,4%, en liaison avec la contraction de 1,4% des réserves nettes de change. Les créances nettes sur l’Etat avaient, quant à elles, signé une augmentation de 2,4%, tandis que les crédits à l’économie se sont accrus de 1,4%.
Au terme des onze premiers mois de l’année 2007, les concours à l’économie avaient connu une expansion de 23,2%, tandis que les avoirs extérieurs nets s’étaient accentués de 10% et les créances nettes sur l’Etat de 6,9%. Cette évolution des sources de création monétaire s’était traduite par un accroissement de 12,9% de l’agrégat de monnaie M3.
Rappelons, également, les prévisions qu’avait tracées la  banque centrale pour l’année 2008, il y a de cela quelques semaines, suite à la tenue de son conseil. Ainsi, il a été question de «perspectives d’évolution de la production et des revenus, et aussi, à la poursuite de la progression rapide de l’agrégat M3 et du crédit bancaire».

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *