31ème congrès technique international des engrais : Coup de projecteur sur l’innovation

31ème congrès technique international des engrais : Coup de projecteur sur l’innovation

La rareté des ressources hydriques constitue un défi. D’où l’intérêt pour l’irrigation moderne en optant pour les engrais par irrigation. Il est également question d’introduire des engrais intelligents en recourant à une technologie moderne avancée exigeant des investissements en recherche.

«Des défis importants incitent les acteurs à prioriser la valorisation des ressources humaines à travers des programmes de formation en développant les compétences en technologie avancée et les techniques agricoles adaptées à l’environnement». Les propos de Mohamed Soual, conseiller du président du Groupe OCP, lors du 31ème Congrès technique international des engrais initié par l’Association arabe des fertilisants (AFA), mardi à Casablanca, sont judicieux. Ils le sont de par l’intérêt grandissant de la technologie, en ère numérique, pour le secteur des engrais, voire celui agricole.

Aux yeux de l’intervenant, la recherche et l’innovation représentent également un défi. Chose qui exige, selon ses dires, «des investissements importants dans tous les secteurs ayant trait à l’agriculture, la production adaptée des engrais en faisant face aux changements climatiques afin de s’adapter aux exigences de contribution aux émissions CO2». Comme il le précise, OCP veille au développement de cette recherche et innovation à travers des instituts de formation technologique, notamment l’Université Mohammed VI polytechnique.  A son tour, Jamal Eddine Bensari, président de l’Union arabe des engrais, initiatrice de l’événement, qui se tient pour la 5ème année au Maroc, en partenariat avec OCP, met l’accent sur les défis. Pour lui, «les producteurs d’engrais sont censés développer et rationaliser leurs produits, voire utiliser des engrais s’adaptant aux dures conditions climatiques tout en recourant à des applications scientifiques ayant trait aux nutriments d’origine agricole et aux matières organiques».

L’objectif étant, à ses yeux, d’obtenir des revenus agricoles supérieurs sans grever l’environnement. Aussi, la rareté des ressources hydriques constitue un défi. D’où l’intérêt, comme il le précise, pour l’irrigation moderne en optant pour les engrais par irrigation. Il est également question d’introduire des engrais intelligents en recourant à une technologie moderne avancée exigeant des investissements en recherche. L’intervenant met également l’accent sur la nécessité de développer les moyens de production, vente et distribution ainsi que les ressources humaines. «Les grands investisseurs dans le secteur sont appelés à appuyer et financer les nouveaux projets qui peuvent ouvrir des perspectives différentes et lancer de nouveaux produits plus développés», enchaîne-t-il.

Cela étant, l’événement, qui se poursuit jusqu’au 28 juin, connaît la présence de 300 participants représentant différentes entreprises internationales œuvrant en industrie des engrais. Celles spécialisées en construction d’usines d’engrais y prennent également part. L’objectif étant, comme le précise également le secrétaire général de l’Union, Mohamed Abdellah Zaen, d’échanger les expertises et être informé des nouveautés technologiques en la matière. Le SG indique par l’occasion que les débats portent entre autres sur les engrais phosphatés d’OCP qui a développé 5 filières dans ce sens. Pour rappel, l’ouverture de l’événement a été marquée par un hommage rendu par l’Union à l’Office en la personne de M. Soual. 

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *