37 millions DH pour 54 associations professionnelles

37 millions DH pour 54 associations professionnelles

C’est aujourd’hui que se tiennent les Assises nationales des associations professionnelles pour leur 3ème édition. Organisées par la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), par le biais du Programme d’appui aux associations professionnelles (PAAP), et avec le soutien financier de l’Union européenne, ces assises réunissent les associations professionnelles des différents secteurs économiques, les entreprises, les institutions d’appui mais aussi les responsables d’un certain nombre de représentations patronales d’ailleurs, sans oublier les organismes de coopération. L’objectif étant de mettre en place des «propositions concrètes en vue de conforter la croissance et la durabilité du secteur associatif professionnel marocain», indique un communiqué de presse diffusé à cette occasion.
D’ailleurs, la portée de cet événement se justifie par le rôle joué par les associations professionnelles. Dépassant les 600, ces dernières constituent un «corps intermédiaire», tel que le souligne la même source, à même de mener l’économie marocaine vers une pleine modernisation compétitive. Pour cette édition, le thème choisi est celui des «Associations professionnelles : les défis de la croissance et de la durabilité». À ce sujet, «il faut savoir que le rôle des associations professionnelles est de plus en plus important. Le choix du thème de cette édition est venu de la nécessité de se questionner si elles peuvent jouer ce rôle. Mais le plus important est de savoir est-ce qu’elles sont capables de l’assumer», explique à ALM, Omar Oukrid, directeur général du PAAP.  Et d’ajouter que ce thème s’oriente vers la réflexion sur la bonne croissance des ressources de ces associations et la bonne durabilité de leurs actions.
Ainsi, le mot d’ordre est celui de la réflexion. Réflexion autour des enjeux et des horizons de développement, d’où le choix des thèmes abordés lors de ces Assises. Déclinées en trois volets, les interrogations clés posées par les organisateurs sont celles de savoir quelles sont les conditions de succès des associations professionnelles. Il s’agit, dans un second temps, de définir le rôle que ces associations sont aptes à jouer à l’échelle internationale, puis d’arriver à répondre à la question : comment le secteur associatif peut-il devenir un 3ème acteur ?
Précisément, sur ce point de 3ème acteur, M. Oukrid met en relief l’importance des associations professionnelles en tant que 3ème  intervenant après le secteur public et le secteur privé, étant des acteurs incontournables dans le processus de concertation,  sans oublier l’intérêt que représentent les contrats-programmes signés par ces entités pour les secteurs qu’elles engagent.  Rappelons que cette manifestation vient en prolongement de deux précédentes éditions, celles de 2003 et de 2005, qui ont été tenues entre les représentants associatifs, leurs partenaires et les administrations. Elle s’inscrit dans la continuité de l’action engagée depuis 2002 par la CGEM et le gouvernement, avec l’appui financier de l’Union européenne, pour reconnaître et promouvoir la vie associative dans le secteur économique.
Par ailleurs, «l’espacement des éditions est dû au fait que ces assises sont financées par le PAAP. En principe la 3ème édition aurait dû se tenir en 2007. Néanmoins, le programme a démarré en 2007, justement, et il a fallu attendre d’en asseoir les bases et d’identifier les associations qui bénéficieraient du programme. Aujourd’hui, c’est chose faite. 54 associations ont été sélectionnées et le montant global arrêté est de 37 MDH, dont la distribution se fait selon le besoin de chaque secteur et selon le projet présenté par l’association», explique M. Oukrid

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *